Yahoo奇摩 網頁搜尋

  1. 熱門新聞

    其他人還看了

  2. Taipei chinois — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Territoire_douanier_séparé_de...

    Le nom Taipei chinois est très répandu dans les contextes apolitiques. La RPC est parvenu à faire pression sur des organisations religieuses et civiques afin de désigner la RdC par Taipei chinois [11].Le Lions Clubs avait pour habitude ...

  3. Discussion:République de Chine (1912-1949) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:République_de_Chine_(1912...

    Forme internationale du nom Dans les organisations internationales, la République de Chine est présente sous l'appellation Chinese Taipei (Chinois : 中華台北 ; pinyin : Zhōnghuá Táibĕi, français : « Taipei chinois »), en raison de la ...

  4. Référendum taïwanais de 2018 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Référendum_taïwanais_de_2018
    • Conséquences
    • Fonctionnement
    • Effets
    • Situation actuelle
    • Environnement
    • Politique

    En décembre 2017, une réforme de la procédure de déclenchement de référendum populaire est adoptée par le Yuan législatif. Celle-ci, à son entrée en vigueur le 3 janvier 2018, abaisse significativement les seuils de signatures obligatoires mis en place par la précédente loi de 2003. De 2003 à 2017, toutes les tentatives de référendums populaires taïwanaises ont en effet échouées, ce qui donne alors à la loi électorale de 2003 le surnom de « cage à oiseau » pour référendum1. En réaction, un groupe de soutien au mariage homosexuel soumet en septembre 2018 son propre projet de référendum en vue de modifier le Code Civil pour l'y autoriser explicitement. Selon le même processus, après avoir reçu plus de neuf mille signatures par jours, le projet est validé dés le mois suivant12,13. Une Marche des fiertés est organisée le 27 octobre dans la capitale Taipei, réputée connaitre les manifestations de ce type les plus importantes d'Asie. En cas de victoire, Taïwan deviendrait le premier pays de ce continent à reconnaitre le mariage homosexuel10. Le 18 novembre 2018, une manifestation de soutien en faveur du projet a lieu à Taipei, rassemblant plus de 100 000 personnes daprès les organisateurs14,15. Plusieurs autres projets de référendum sont entre temps validés, dont certains sur le même thème des droits LGBT, notamment en matière d'éducation sexuelle dans le contexte d'une nouvelle loi sur l'éducation à l'égalité entre les genres dans le milieu scolaire. Peu avant le référendum, le Comité international olympique (CIO) avertit les autorités taïwanaises que le pays risque de perdre son droit à concourir aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020 en cas de changement de nom. Le Comité, tout en précisant qu'il « ne se mêle pas des procédures locales et respecte entièrement la liberté d'expression », précise que tout changement de nom « relève de ses compétences » et , met en garde contre les conséquences de ce qu'il considère comme une ingérence. Une disposition de la charte olympique donne en effet le droit au CIO de suspendre un comité national si ses activités sont « entravées » par un gouvernement25. En réaction, une centaine d'athlètes de haut niveau et dentraîneurs se mobilisent et organisent un rassemblement le 21 novembre pour appeler à voter non à la proposition correspondante, brandissant des pancartes « Je veux participer aux JO », « Soutien au Taipei chinois » ou encore « La politique ne doit pas interférer dans les sports »26.

    Un projet de référendum populaire nécessite désormais de réunir dans un premier temps les signatures de 0,01 % de la population inscrite sur les listes électorales (0,1 % avant 2017). Une fois la procédure ainsi déclenchée, les pétitionnaires doivent ensuite réunir dans un délai de six mois les signatures de 1,5 % des inscrits (5 % avant 2017) puis faire valider le projet auprès de la Commission électorale centrale (CEC), dont les conditions d'autorisation ont été assouplies par rapport au précèdent Comité d'examen des référendums2. Si celle ci donne son accord, le référendum est mis au vote. Pour que le résultat soit légalement valide, le oui au projet de loi doit encore réunir la majorité absolue des voix et atteindre le quorum de 25 % des inscrits. Comme détaillé dans l'article 29 de la loi référendaire, il ne s'agit donc pas d'un quorum de participation a proprement dit, contrairement à celui de 50 % d'avant la réforme, mais d'un quorum de vote positif par rapport au total des inscrits. En cas de vote favorable et de validation du quorum, le gouvernement doit élaborer un projet de loi reflétant les résultats afin de le soumettre au Parlement1.

    Sont cependant exclus de la voie populaire les référendums portant modification de la constitution ainsi que du nom, de l'hymne national, du drapeau et des frontières du pays. Si la loi électorale abaisse exceptionnellement le droit de voter de 20 à 18 ans lors de ces référendum, ceux-ci sont également explicitement interdits de porter sur un changement de l'âge légal du droit de vote3,4. Si un projet de loi est bel et bien débattu au parlement, son approbation tend a tarder, les partis politiques préférant ne pas s'attirer l'ire des opposants pour une légalisation qui prendra de toute manière effet sans leurs action. En février 2018 cependant, une association de la Droite chrétienne, lAlliance pour le bonheur des générations futures, introduit des propositions visant à contrer la décision de la cour. Deux mois et six cent soixante dix milles signatures plus tard, le projet de référendum sur l'interdiction explicite du mariage entre homosexuels est validé par la CEC. L'alliance propose simultanément un projet visant à fournir une union civile aux homosexuels. Avec 677 972 signatures récoltées, la proposition est celle ayant réunie le plus de signatures parmi les dix soumises en 2018, et est approuvée par la CEC. Selon les opposants au mariage homosexuel, la décision de la cour n'explicitant pas la nature de la protection légale qu'elle impose au gouvernement de fournir aux couples homosexuels, une union civile dotée des même droits que le mariage serait de nature à s'y conformer sans qu'il soit nécessaire de légaliser le mariage homosexuel dans le pays9,10,11.

    La question du mariage homosexuel prend progressivement de l'importance dans le pays au tournant des années 2010, si bien qu'en 2015, 54 % des taïwanais se déclarent favorables à sa légalisation selon une étude, contre 37 % d'avis défavorables et 9 % de sans opinions5. En octobre 2016, plusieurs parlementaires introduisent un projet de loi portant sur les droits humains ayant entre autres pour but la légalisation des mariages des conjoints de même sexe6. La présidente du pays, Tsai Ing-wen, est en faveur du projet. Une légalisation par le parlement, le Yuan législatif, semble alors probable dans un avenir proche, lorsque la branche juridique du pays accélère le processus.

    Taïwan possède un secteur nucléaire civil depuis les années 1970. En 2010, le pays produit ainsi 13 % de son électricité via le nucléaire, contre 82 % par les énergies thermiques et 5 % par le solaire et l'éolien. À la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima, cependant, le gouvernement Taïwanais décide de suspendre les travaux de construction de la centrale nucléaire de Lungmen, puis de baisser progressivement l'activité de ses trois autres centrales. Les arrêts définitifs des réacteurs de Jinshan, Guosheng et Ma-anshan sont ainsi respectivement programmés pour fin 2018, 2021 et 2024, une Loi sur l'électricité fixant pour objectif un abandon total du nucléaire civil pour 2025. Durant l'été 2017, cependant, d'importantes pannes de courants plongent dans le noir la moitié des habitations du pays. Ces pannes sont alors largement attribuées à la mise en sous régime des réacteurs. Durant la même période, le gouvernement approuve la construction d'une nouvelle centrale à charbon à Shen'ao. Des voix sélèvent alors parmi la communauté scientifique et environnementale taïwanaise pour protester contre l'abandon du nucléaire, la construction de la centrale de Lungmen ayant à l'époque pour objectif de porter le total de l'électricité produite par le nucléaire à 23 %, permettant une réduction des énergies fossiles. Ces dernières seraient responsables d'un millier de morts par an de par la pollution de l'air causée par les fumées des centrales aux charbon, selon de récentes études16. Plusieurs référendums sur le sujet sont alors lancés, dont l'un intitulé « Pour le nucléaire pour se mettre au vert » visant à l'annulation de la récente politique énergétique et à la relance du secteur nucléaire. Les organisateurs visent également à faire pression sur le gouvernement afin d'arriver à terme à la reprise des travaux de construction à Lungmen. L'ex-président Ma Ying-jeou apporte notamment son soutien au projet16,17,18,19.

    Taipei chinois (chinois : 中華台北 ; pinyin : Zhōnghuá Táiběi) est le nom utilisé par le pays lorsqu'il participe à des organisations internationales à cause de la non-reconnaissance de cet État par la République populaire de Chine. Il s'agit d'un compromis établi en 1981 entre cette dernière et Taïwan. La montée du nationalisme taïwanais tend cependant à la remise en cause de cette situation20. Les organisateurs parviennent ainsi à faire valider un projet d'utilisation du nom Taïwan à l'international, tout en limitant ce changement de nom aux événements sportifs21,22. plus de 100 000 personnes manifestent ainsi le 20 octobre pour un référendum sur l'indépendance du pays. La loi électorale interdit actuellement l'utilisation de référendum d'origine populaire pour des révisions d'ordre constitutionnel23,24.

  5. Fichier:Flag of Chinese Taipei for Olympic games.svg

    fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Flag_of_Chinese_Taipei_for...

    English: Chinese Taipei Olympic Flag. According to the official website of Chinese Taipei Olympic Committee, Blue Sky(circle) & White Sun(triangles) above the Olympic rings is neither the National Emblem of the Republic of China, nor the ...

  6. Hymne du drapeau national de la République de Chine

    fr.wikipedia.org/wiki/Hymne_du_drapeau_national_de_la...

    Dans les années 1930, le gouvernement chinois a désigné San Min Chu-i, l'hymne de la Kuomintang, comme l'hymne national provisoire. En attendant, le gouvernement a aussi exigé la ministère de l'éducation de tenir un concours pour un ...

    • 請問中華台北『可能』對台灣的影響?? ...

      ...使用硬碰硬方式,堅持非使用中華民國或臺灣共和國等國號入聯能成功嗎? 2.使用中華台北是中共所能容忍的底線,因為只要中共違法 ...

    • 請問中華台北的由來

      ...明瞭中華民國(Republic of China)或者中華台北(Chinese Taipei)指的是台灣,而...碰上了「共產黨的中華人民共和國」,中華民國 ...

    • 中華台北」參與WHA的意涵?

      ...參考:http://l.yimg.com/f/i/tw/ugc/rte/smiley_15.gif 中華台北沿自英文「Chinese Taipei」,本來是...人民共和國組隊參賽,中 ...

  1. 中華台北 相關
    廣告