Yahoo奇摩 網頁搜尋

  1. Classificateurs en chinois — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Classificateurs_en_chinois
    • Comparaison avec Le Français
    • Catégories de Classificateurs
    • Usage Des Classificateurs Chinois
    • Usage Pragmatique Des Classificateurs
    • Présentation Des Tableaux de CET Article
    • Classificateurs nominaux
    • Classificateurs informels
    • Exemples
    • Liens et Références

    Le françaispossède également des classificateurs, mais ils sont généralement considérés comme facultatifs et n'apportant que des détails complémentaires. Avec quelques exemples on peut cependant mieux approcher la notion de classificateur en chinois ; en français, on dira : 1. « deux douzaines d'huîtres» ; 2. « une paire de lunettes» ; 3. « un vol d'oiseaux» ; 4. « un verre de vin». Ici, les mots douzaine, paire et volsont des classificateurs la plupart du temps utilisés avec des noms précis : 1. la douzaineest spécifiquement culinaire (huîtres, escargots, œufs) ; 2. paire indique ici concrètement un seul objet physique (composé de deux lunettes) ; 3. volrenvoie plutôt à la chasse ou à l'ornithologie, avec une quantité conventionnelle moyenne d'individus ; 4. dans un verre de vin, ce qui compte ce n'est pas le verre lui-même, mais sa contenance, c'est-à-dire la quantité de vin qu'il contient conventionnellement (20 cl, par exemple). Mais en français ces classificateurs sont des cas...

    Eileen C. M. Wong de l'université de Hong-Kong, et Hui Li de Macquarie University ont réalisé en septembre 2015 une conférence[1] intitulée the classification of Chinese classifier in Cantonese and Mandarin, remettent en question les fonctions jusque là attribuées aux classificateurs, à savoir celle de catégorisation sémantique, reposant sur les fonctions de catégorisation 范畴化 (fánchòuhuà) et d‘individualisation 个体化 (gètǐhuà), qui caractérisent la définition du nom. La traduction du terme doit correspondre en anglais à « classificateur chinois » afin d'éviter les confusions avec les langues autrement structurées. L'usage des termes «mots de mesure» 单位词 (dānwèicí) est ici préférée. Sont distingués les classificateurs nominaux 名量词 (míngliàngcí) qui ont pour fonction d'indiquer la quantité et les classificateurs verbaux 动量词 (dòngliàngcí)qui ont pour fonction d'indiquer la fréquence. Il faut mettre en garde contre la confusion avec certains noms pouvant être eux-mêmes déterminés par des...

    Syntaxe

    En chinois, les classificateurs sont utilisés : 1. entre un nombre (adjectif numéral) et un nom pour quantifier; 2. entre « celui-ci » (这 zhè), « celui-là » (那 nà) ou « chaque » (每 měi) et un nom pour désigner; 3. entre « lequel » (哪 nǎ) ou « combien » (几 jǐ, 多少 duōshǎo) et un nom pour interroger; 4. après un verbe pour indiquer le nombre de fois que l'action représentée par le verbe est réalisée(avec éventuellement une nuance sur la manière dont l'action est réalisée). Dans les trois premier...

    Catégorie particulière : les classificateurs nominaux « unités »

    Il y a des exceptions (qui confirment la règle) à la syntaxe présentée ci-dessus pour certains mots chinois représentant des objets ou des notions mais étant eux-mêmes directement des classificateurs. Dans ce cas, ils s'utilisent directement sans autre classificateur : pour « une journée », il faut dire « 一天 » (yī tiān) et surtout pas « 一个天 » (yī gè tiān) ! Dans cette catégorie, il y a surtout des mots d'unités de mesure scientifique mais pas seulement : on peut retrouver par exemple « 户 (hù)...

    Usage particulier : redoublement du classificateur

    Dans certains cas, il existe un usage particulier où le classificateur est redoublé, avec ou sans un numéral[3]. Différents cas sont possibles : 1. Redoublement du classificateur (le numéral est absent, ou n'est pas redoublé) : « 条条鱼都好大! » (« tiáo tiáo yú dōu hǎo dà » : « Tous les poissons sont vraiment gros ! »). Cela correspond à dire « tous les X… » ou « pour chaque X… ». Cet usage n'est possible que si le groupe nominal ainsi formé est sujet de la phrase, et 都 (dōu : tout, tous, chaque) e...

    Arhens, en 1994, postule que l'usage des classificateurs en mandarin moderne est motivé sémantiquement, mais pas complètement prévisible. Ainsi, il n'est pas rare qu'un même classificateur soit utilisé pour un ensemble d'entités nominales qui ne possèdent pas de traits caractéristiques[4]. Voir par exemple : 一部小说 un roman 一部电影 un film 一部轿车 une voiture 一部电话 un téléphone Il spécifie aussi que la plupart des locuteurs se souviennent du classificateur correspondant à chaque nom, mais dans le discours n'utiliseront pas systématiquement ce classificateur. Le choix d'un classificateur par rapport à un autre dépendra ainsi non pas seulement des qualités intrinsèque de l'objet désigné mais aussi du contexte social dans lequel le discours est formulé. Il existe plusieurs classificateurs pouvant servir à désigner une peinture, allant d'une peinture banale à une œuvre exquise dans un contexte formel. 一张画 une peinture 一部画 une peinture 一幀画 une peinture De manière générale, le caractère formel du...

    Certains classificateurs renvoient réellement à des unités scientifiques (internationales ou chinoises), tels que le kilomètre. Ils sont présentés ici en premier, puis sont listés les classificateurs nominaux plus abstraits (les plus nombreux) et finalement les classificateurs verbaux. Dans les tableaux de cet article, la signification des colonnes est la suivante : 1. la première colonne Trad. donne le caractère chinois traditionneldu classificateur ; 2. la seconde colonne Simp. donne la version du caractère en chinois simplifiés'il y a lieu ; 3. la troisième colonne Pinyin donne la prononciation en Hanyu Pinyin; 4. la quatrième colonne Cantonaisdonne la prononciation en romanisation cantonaise (Yale) ; 5. la cinquième colonne donne l'usage du classificateur, et contient : 5.1. les mots ou notions avec lesquels le classificateur s'associe, 5.2. quand il y a lieu, la ou les signification(s) littérale(s) du classificateur, entourée(s) par des guillemets (« »), 5.3. des exemples, avec...

    Classificateurs plus abstraits

    Les classificateurs sont présentés ici en chapitres suivant l'ordre lexicographique du pinyin.

    Dans certains dialectes chinois, 倆 (liǎ) est parfois utilisé à la place de 两个 (兩個) « liǎng ge », devenant de fait un classificateur signifiant « deux de (éléments de nature générale) ». De même que pour 仨 (sā), « trois de (éléments de nature générale) ».

    code des couleurs

    1. Les classificateurs figurent en vert et les classifiés en pourpre.

    Bibliographie

    1. (en) A Chinese-English Dictionary of Measure Words, Sinolingua, 2000 (ISBN 7-80052-568-6). 2. Roger Darrobers et Xiaohong Xiao Planes, Éléments fondamentaux de la phrase chinoise, Éditions You-Feng, 2000 (ISBN 2-84279-029-4), p. 55-80. 3. Dictionnaire concis Français-Chinois Chinois-Français, édition corrigée 2004, CIP, 2000 (ISBN 7-100-03147-8).

    Articles connexes

    1. Grammaire du mandarin 2. Adjectif numéral 3. Compter en coréen(classificateurs dans le coréen) 4. Compter en japonais(contient les « compteurs », équivalent japonais des classificateurs)

    Liens externes

    1. (fr) (zh) Les classificateurs, spécificatifs ou mots de mesure en Chinois[archive] 2. (en) (zh) Chinese measure words[archive] 3. (en) (zh) Convertisseurs en unités traditionnelles (avec grand tableau de correspondance)[archive] 4. (fr) (zh) Dictionnaire Chinois-Français en ligne[archive] 5. (fr) (zh) Dictionnaire Chinois-Français (Chinois simplifié et traditionnel, phonétique en pinyin et bopomofo)[archive] basé sur CEDICT & CFDICT 6. (en) (zh) MDBG Chinese-English dictionary[archive] 7....

  2. Tōyō kanji — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Tōyō_kanji
    • Origines de La Réforme
    • Application Concrète de La Limitation de l'usage Des Kanjis
    • Le Problème : Les Mazekaki
    • Liste Des 1 850 Tōyō Kanji
    • Voir aussi

    En Chine, en 1909, Lu Feikui, dans le Magazine de l'éducation (教育杂志, jiàoyù zázhì), commence le premier[réf. souhaitée] à parler de simplification des caractères chinois han. Le mouvement amorcé touche à la fois la Chine, alors envahie par le Japon, les États-Unis et des pays européens, la Corée désirant de nouveau passer au hangeul, longtemps interdits par arrêté royal et Taïwan, entré dans l'Empire japonais. Le Japon était également désireux de réformer en profondeur le système d'écriture. Quelque temps avant la guerre, les avocats de la phonétique se plaignaient également du nombre imposant de kanjis à apprendre et de la difficulté que cela posait à l'apprentissage du japonais écrit. Ils proposaient même l'abolition des caractères chinois au profit d'un système purement phonétique, comme l'avait fait le Vietnamsous influence française auparavant. Le ministère de l'Éducation tenta une réforme qui se heurta à une opposition farouche des savants, des écrivains et du public en généra...

    Plus qu'une simple liste des kanjis, l'avis publié par le ministère de l'Éducation contient aussi des règles claires quant à l'utilisation des tōyō kanji. Dans la préface du document, on peut lire que les tōyō kanjise doivent d'être utilisés dans les documents juridiques et gouvernementaux, les journaux, les magazines et par le public en général. Que si l'on veut écrire un mot dont les kanjis ne font pas partie de cette liste dans un document quelconque, on se doit de le changer pour un autre mot ou de l'écrire en kanas. Que les pronoms, les conjonctions, les interjections, les adverbes, les verbes auxiliaires, les articles et les postpositions doivent être écrits le plus souvent possible en kanas. Que les mots d'origine étrangère se doivent d'être écrits en kanas. Qu'en règle générale, les furiganane doivent pas être utilisés. Que pour les termes techniques, il est souhaitable d'utiliser les tōyō kanji comme base et d'effectuer les arrangements nécessaires (l'objectif n'est pas ici...

    La plupart des mots japonais étant composés de deux (ou plus) kanjis, il y avait beaucoup de mots dont un caractère était inclus dans les tōyō kanji et l'autre pas. Dans ce cas, l'usage recommandé était d'écrire la partie incluse en kanjis et l'autre partie en kanas. Ces mots furent nommés « mazekaki» (caractères mélangés).

    一 丁 七 丈 三 上 下 不 且 世 丘 丙 中 丸 丹 主 久 乏 乗乙 九 乳 乾 乱 了 事 二 互 五 井 亜 亡 交 享 京 人 仁 今 介 仕 他 付 代 令 以 仰 仲 件 任 企 伏 伐 休 伯 伴 伸 伺 似 但 位 低 住 佐 何 仏 作 佳 使 来 例 侍 供 依 侮 侯 侵 便 係 促 俊 俗 保 信 修 俳 俵 併 倉 個 倍 倒 候 借 倣 値 倫 仮 偉 偏 停 健 側 偶 傍 傑 備 催 伝 債 傷 傾 働 像 僚 偽 僧 価儀 億 倹 儒 償 優 元 兄 充 兆 先 光 克 免 児 入 内 全 両 八 公 六 共 兵 具 典兼 冊 再 冒 冗 冠 冬 冷 准 凍 凝 凡 凶 出 刀 刃 分 切 刈 刊 刑 列 初 判 別 利 到 制 刷 券 刺 刻 則 削 前 剖 剛 剰 副 割 創 劇 剤 剣 力 功 加 劣 助 努効 劾 勅 勇 勉 動 勘 務 勝 労 募 勢 勤 勲 励 勧 勺 匁 包 化 北 匠 匹 匿 区 十 千 升 午 半 卑 卒 卓協 南 博 占 印 危 却 卵 巻 卸 即 厘 厚 原 去 参 又 及 友 反 叔 取 受 口 古句 叫 召 可 史 右 司 各 合 吉 同 名 后 吏 吐 向 君 吟 否 含 呈 呉 吸 吹 告 周 味 呼 命 和 咲 哀 品 員 哲 唆 唐 唯 唱 商 問 啓 善 喚 喜 喪 喫 単 嗣 嘆 器 噴 嚇 厳 嘱 囚 四 回 因 困 固 圏 国 囲 園 円 図 団 土 在 地 坂 均 坊 坑 坪 垂 型 埋 城 域 執 培 基 堂 堅 堤 堪 報 場 塊 塑 塔 塗 境 墓 墜 増 墨 堕 墳 墾 壁 壇 圧 塁 壊 士 壮 壱 寿 夏 夕 外 多 夜 夢 大 天 太 夫 央 失奇 奉 奏 契 奔 奥 奪 奨 奮 女 奴 好 如 妃 妊 妙 妥 妨 妹 妻 姉 始 姓 委 姫 姻 姿 威 娘 娯 娠 婆 婚 婦 婿 媒 嫁 嫡 嬢 子 孔 字 存 孝 季 孤 孫 学 宅 宇 守 安 完 宗 官 宙 定 宜 客 宣 室 宮 宰 害 宴 家 容 宿 寂 寄 密 富 寒 察 寡 寝 実 寧 審 写 寛 寮 宝 寸 寺 封 射 将 専 尉 尊 尋 対 導 小 少 就 尺 尼 尾 尿 局 居 届 屈 屋 展 層 履 属 山 岐 岩 岸 峠 峰 島 峡 崇 崩 岳 川 州 巡 巣 工 左 巧...

    Liens externes

    1. (ja) « Page sur l'usage de la phonétique en lieu des kanjis »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?). 2. (ja) « Avis du ministère de l'Éducation de 1946 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?). 3. (ja) « Tableau de polices de caractères »[archive], sur www.aozora.gr.jp (consulté le 28 septembre 2020). 1. Portail des langues 2. Portail du Japon 3. Portail de l’écriture

  3. KS X 1001 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/KS_X_1001

    KS X 1001, intitulé 정보 교환용 부호계 (한글 및 한자) (en coréen code pour échange d’information (hangeul et hanja)), est une norme sud-coréenne de codage des caractères sur 2 octets. Elle initialement identifiée comme KS C 5601 en 1974, et dans ...

  4. 其他人也搜尋了