Yahoo奇摩 網頁搜尋

  1. 熱門新聞

    其他人還看了

  2. Caractères chinois — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Caractères_han

    Désignation des caractères chinois Les « caractères chinois » ne sont pas tous des idéogrammes, contrairement à ce que suppose la désignation populaire.Tous ne visent pas nécessairement à évoquer une idée. Il existe aussi des pictogrammes, qui ...

  3. KS X 1001 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/KS_X_1001

    KS X 1001, intitulé 정보 교환용 부호계 (한글 및 한자) (en coréen code pour échange d’information (hangeul et hanja)), est une norme sud-coréenne de codage des caractères sur 2 octets. Elle initialement identifiée comme KS C 5601 en 1974, et dans ...

  4. Jean-Baptiste de Lamarck — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_de_Lamarck
    • Généralités
    • Philosophie
    • Recherche
    • Formation
    • Carrière
    • Descendance
    • Famille
    • Mort
    • Reconnaissance
    • Influence
    • Usage
    • Taxonomie
    • Réalisations
    • Citation
    • Objectifs
    • Étymologie
    • Définition
    • Résumé
    • Organisation
    • Biologie
    • Principe
    • Mécanisme
    • Analyse
    • Introduction
    • Évolution

    Jean-Baptiste de Lamarck (1er août 1744, Bazentin, Somme 18 décembre 1829, Paris) est un naturaliste français. D'abord botaniste, il se consacre ensuite à la zoologie des insectes et de vers. Au début du XIXe siècle, il a réalisé la classification des invertébrés, qui regroupent environ 80 % des animaux. Il est un de ceux qui ont pour la première fois utilisé le terme de biologie pour désigner la science qui étudie les êtres vivants.

    Il est aussi le premier à proposer une théorie naturaliste - ou physicaliste et non pas métaphysique - dit aussi matérialiste et mécaniste, de l'origine des êtres vivants à partir de laquelle il élabore une théorie de leur apparition par évolution naturelle. Sa théorie transformiste est fondée sur deux principes : Deux ouvrages lui valent d'être considéré comme le fondateur du transformisme : la Philosophie zoologique (1809) et l'introduction de son Histoire naturelle des animaux sans vertèbres (18151822).

    Lamarck est ainsi un des premiers naturalistes à avoir compris la nécessité théorique de l'évolution des êtres vivants1. Il s'est également intéressé à la météorologie avec la publication d'un annuaire météorologique et une proposition de classification des nuages.

    Il poursuit des études chez les jésuites d'Amiens, de 1755 à 1759, avant d'entamer une carrière militaire en 1761, sous le nom de Chevalier de Saint-Martin. Il devient officier sur le champ de bataille de Villinghausen, le 16 juillet de la même année.

    En 1779, l'Imprimerie royale publie sa Flore française, où il donne des clefs dichotomiques permettant à chacun d'identifier les plantes. Cet ouvrage lui apporte une notoriété immédiate, et lui vaut d'être élu à l'Académie des sciences l'année suivante, avec l'appui de Buffon. D'abord membre adjoint, il devient titulaire en 1783 puis, enfin, pensionnaire, en 1790, année où, spécialiste de botanique, il n'hésite pas, à cinquante ans, à se reconvertir avec succès, étant nommé « professeur d'Histoire naturelle des Insectes et des Vers » au Jardin du Roi. Il participe, en 1793, à la transformation du Jardin du Roi en Muséum national d'histoire naturelle, sous l'impulsion de Joseph Lakanal. Il y devient professeur de zoologie, chargé d'enseigner la zoologie des invertébrés. Il passera plusieurs années à établir une classification raisonnée des animaux invertébrés, qui représentent environ 80 % du règne animal. Il fonde également la paléontologie des invertébrés. Il travaille sur les coquilles de fossiles du bassin parisien.

    Lamarck a épousé en premières noces, Rosalie de La Porte (décédée le 2 octobre 1792), qui lui a donné 6 enfants :

    Veuf, il a épousé le 9 octobre 1793 en secondes noces, Charlotte Victoire Reverdy (née en 1774), qui lui a donné 2 enfants : À nouveau veuf, il a épousé le 27 mai 1798 en troisièmes noces, Julie Mallet (née vers 1768 et décédée le 27 août 1819).

    Lamarck meurt le 18 décembre 1829, à l'âge de 85 ans, dans sa maison au Muséum. Ses restes sont inhumés dans la fosse commune du cimetière Montparnasse. Pour Goulven Laurent3, il faut mettre cela « sur le manque de piété filiale » de son fils Auguste. Mais, pour d'autres auteurs, c'est un signe de misère : ainsi Jean-Henri Humbert4 écrit que Lamarck, « dénué de ressources », doit céder son herbier au botaniste allemand Johannes Roeper (18011885) ; plus près de nous, Jaussaud et Brygoo5 affirment que « [Lamarck est] mort pauvre dans son logis du Muséum ». Or l'étude de Michel Guédès6 sur les revenus de Lamarck montre que celui-ci cumulait divers revenus (comme son traitement de professeur du Muséum, ses revenus de l'Académie des sciences, de la vente de ses ouvrages, etc.) atteignant la somme respectable de 9 500 F de l'époque, plus de neuf fois le salaire d'un ouvrier7 mais moins d'un quart des revenus opulents de Cuvier (41 200 F). Lamarck vécut donc la fin de sa vie de façon tout à fait correcte. Mais il est vrai qu'il était aveugle pendant les dix dernières années de sa vie, peut-être en raison de l'abus du travail à la loupe et au microscope8

    C'est sur le plan scientifique que son œuvre fut méconnue du public, mal comprise par ses contemporains, dénigrée et déformée par ses adversaires. Cette incompréhension est illustrée par une rencontre entre Napoléon Ier et Lamarck, qui lui présente un de ses livres9 ; François Arago la relate ainsi :

    Cuvier composa un éloge funèbre où il ne se priva pas de tourner en ridicule et de déformer les idées transformistes de Lamarck, auxquelles il était violemment opposé. Cet éloge, qualifié « d'éreintement académique » ne fut lu à l'Académie des sciences que le 26 novembre 1832. Il fut également traduit en anglais et constitue fort probablement l'origine de l'idée erronée selon laquelle Lamarck attribuerait la transformation des animaux à leur « volonté » et au « désir ».

    Ce procédé s'adresse au non-spécialiste et est encore utilisé de nos jours dans les ouvrages de botanique. Lamarck ordonne les végétaux en une série qui comporte six degrés : polypétalés, monopétalés, composés, incomplets, unilobés et cryptogames.

    Lamarck a également proposé une classification nuageuse dans les annuaires de 1802 et 1805, ainsi que dans son Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle paru en 181812, mais c'est celle de Luke Howard, tout à fait contemporaine qui reste dans l'histoire. C'est toutefois Charles Darwin, dans La variation des animaux et des plantes sous l'effet de la domestication (1868), qui donnera une formulation théorique à cette transmission des caractères acquis21.

    Lamarck œuvre également à la constitution d'un réseau d'observations météorologiques sur la France dont les données devaient être analysées tous les ans par le Bureau de Statistique créé pendant le consulat placé sous les ordres du ministre de l'intérieur Jean-Antoine Chaptal. Il décrit précisément ce réseau dans son annuaire météorologique de 1807 ː

    Cette passion pour la météorologie ne lui vaut pas que des honneurs. Voir la citation d'Arago donnée plus haut.

    En effet, Lamarck cherche d'abord à comprendre et expliquer les êtres vivants en tant que phénomènes physiques, et c'est pourquoi il invente la biologie et élabore une théorie des êtres vivants. Darwin, quant à lui, cherche avant tout à réfuter les « créations spéciales » du pasteur William Paley, qui, dans sa Théologie naturelle (1803) expliquait la création du monde vivant et l'origine de toutes les espèces par l'intervention consciente et réfléchie de Dieu en personne, en les remplaçant par le mécanisme aveugle, non-intentionnel et impersonnel de la sélection naturelle. Dans De l'origine des espèces (1859), Darwin ne propose aucune théorie des êtres vivants (voir Darwin et la notion de vie), il ne cherche qu'à expliquer l'adaptation des êtres vivants à leurs conditions d'existence par la sélection naturelle, mécanisme que l'on appliquera ensuite à toute l'évolution du vivant et à partir duquel les scientifiques allaient élaborer la théorie synthétique de l'évolution dans la seconde moitié du XXe siècle.

    Le terme « biologie » (du grecs bios (βιος), « vie », et logos (λογος), « science ») a été inventé au début du XIXe siècle (en 1802), notamment par Lamarck :

    Jean-Baptiste Lamarck est le fondateur de la biologie en tant que science de la vie ou science des êtres vivants. Il est parmi ceux qui ont inventé le mot, mais surtout, il comprend la biologie comme une science à part entière, comme une science autonome : cest-à-dire une science distincte non seulement de la physique et de la chimie, mais aussi de la taxonomie, de lanatomie, de la physiologie et de la médecine. Pour Lamarck, la biologie a pour but détudier les caractères communs aux animaux et aux végétaux, caractères par lesquels ils se distinguent des objets inanimés.

    Lamarck commence par constater quil existe un « hiatus immense » entre les « corps physiques » et les « corps vivants ». À partir de là, il cherche à déterminer la spécificité des êtres vivants par rapport aux objets inanimés quétudie la physique (et donc incidemment aux machines que cette science permet de construire, même si Lamarck n'étudie pas cette question; voir animal-machine).

    Cette spécificité réside selon lui dans lorganisation de la matière qui constitue les êtres vivants. Mais cet « ordre de choses » nest pas fixe et déterminé une fois pour toutes (comme dans une machine), car lêtre vivant naît, se développe et meurt. Cette organisation est donc plus quune auto-organisation de la matière sous leffet des contraintes extérieures (par exemple dans la formation dun cristal de neige), elle est aussi auto-catalytique, cest-à-dire quelle engendre elle-même les conditions propres à son développement.

    Lamarck explique la dynamique interne propre aux êtres vivants comme étant le produit de fluides qui en se solidifiant constituent les organes qui canalisent et accélèrent la circulation des fluides et ainsi de suite, permettant le développement de lorganisme en son entier.

    Sa théorie sur ce point comprend trois éléments essentiels, issus de la biologie mécaniste des XVIIe et XVIIIe siècles : des « parties contenantes » (les tissus), des « fluides contenus » (le sang, la lymphe, etc.), et une « cause excitatrice » qui provoque le mouvement des fluides dans les parties contenantes. Cette division en parties contenantes et fluides contenus (ce que Claude Bernard nommera plus tard le « milieu intérieur » de lêtre vivant) signifie quun être vivant est essentiellement une masse de matière plus ou moins souple. La nouveauté tient à ce que, au lieu de se faire dans des tuyaux déjà en place, le mouvement des fluides organise en parties différenciées le tissu originellement indifférencié. On peut comprendre la tendance à la complexification des espèces, c'est-à-dire l'apparition des ordres, classes et embranchements, comme une conséquence de laccroissement autocatalytique du mouvement des fluides, dabord dans lindividu, puis à travers les générations successives. Ce mouvement étant responsable de lorganisation de lêtre vivant, et son accroissement étant la cause de la complexification de cette organisation au cours du développement embryonnaire de lindividu, on ne fait donc que prolonger ce principe à travers les générations, à la faveur de lhérédité des caractères acquis. La reproduction sert de relais entre les étapes successives nécessaires à la nature dans ses productions faute dune complexification continue dun seul être (elle-même liée à lendurcissement des tissus lors du développement). La complexification des espèces repose donc sur le même principe que la complexification progressive de lorganisme au cours du développement ; lune prolonge lautre à travers les générations.

    Lorganogenèse se fait par le mouvement des fluides qui se fraient des passages au sein du « tissu cellulaire » (cest-à-dire le tissu conjonctif aujourdhui), le compriment et provoquent la formation de membranes. En retour, cette organisation facilite et active le mouvement des fluides ; activation qui accroît lorganisation et la différenciation des parties, et ainsi de suite (à quoi sajoute une excitabilité du tissu qui, chez les animaux, exacerbe le mouvement organisateur)16.

    Il reprend en cela lembryogenèse de Descartes laquelle est radicalement à lopposé de son idée danimal-machine quil augmente des connaissances physiologiques de son temps. Lamarck, avant toute chose expose ainsi une théorie physique des êtres vivants à partir de laquelle il élabore ensuite une théorie de la transformation et de lévolution des êtres vivants.

    Pendant longtemps et même encore aujourd'hui on a réduit le système de Lamarck à la seule hérédité des caractères acquis et aux effets de l'usage et du non-usage des organes des êtres vivants ; autrement dit à une théorie de l'adaptation sous l'influence directe du milieu. Le transformisme de Lamarck ne se comprend bien que si on prend en compte sa biologie générale. Or celle-ci est exposée dans le second volume de la Philosophie zoologique. Le transformisme de la première partie en découle ; or c'est cette première qui est souvent publiée à part et qui est la plus lue17.

    Depuis le milieu des années 1990, certains chercheurs mettent en évidence la possibilité d'une interprétation lamarckienne dans l'évolution des espèces avec la découverte de l'hérédité épigénétique : certains mécanismes épigénétiques pourraient constituer une forme d'hérédité des caractères acquis[réf. souhaitée]. À partir de ces êtres très simples, se forment des êtres un peu plus complexes, bénéficiant de lorganisation des premiers qui leur a été transmise par ce que lon appelle depuis August Weismann lhérédité des caractères acquis (voir ci-dessous). À partir deux sen forment dautres encore plus complexes, et ainsi de suite, jusquà ce que soient formés des êtres vivants aussi compliqués que les mammifères et lhomme. Et cela sans faire appel à autre chose quaux lois de la physique. En 1809, Lamarck pensait que les infusoires apparaissaient de manière permanente, et qu'à partir de là de nombreuses espèces se diversifiaient selon une série continue et linéaire, pendant que d'autres disparaissaient. Il expliquait ainsi la présence simultanée des différentes espèces à des stades divers de complexification. L'évolution se présentait ainsi comme une sorte de tapis roulant, où se complexifiaient diverses lignées, apparues les unes à la suite des autres. En 1815, Lamarck opte pour une évolution buissonnante, et semble revenir sur son idée de la génération spontanée continue, s'orientant ainsi vers une conception plus moderne de l'évolution.

  5. Règlement général sur la protection des données — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Règlement_général_sur_la...
    • Définition
    • Conséquences
    • Évolution
    • Objectifs
    • Effets
    • Généralités
    • Statut
    • Critiques
    • Accessibilité
    • Prévention
    • Principe
    • Controverse
    • Influence

    Le règlement no 2016/679, dit règlement général sur la protection des données (RGPD, ou encore GDPR, de l'anglais General Data Protection Regulation), est un règlement de l'Union européenne qui constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel1. Il renforce et unifie la protection des données pour les individus au sein de l'Union européenne.

    Après quatre années de négociations législatives, ce règlement a été définitivement adopté par le Parlement européen le 14 avril 2016. Ses dispositions sont directement applicables dans l'ensemble des 28 États membres de l'Union européenne à compter du 25 mai 2018.

    En janvier 2012, la Commission européenne a proposé une réforme globale des règles en matière de protection des données personnelles dans lUnion européenne. Cette réforme comporte deux volets :

    Lobjectif de ce nouveau règlement est de « redonner aux citoyens le contrôle de leurs données personnelles, tout en simplifiant lenvironnement réglementaire des entreprises »1.

    Le Parlement européen a modifié ce règlement et l'a adopté le 12 mars 2014 en 1re lecture5. Les négociations se sont poursuivies entre les délégations de la Commission européenne, du Parlement européen et du Conseil de l'Union européenne et ont pris fin le 15 décembre 2015. Le projet de règlement a été voté en Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) le 17 décembre 20156,7. La France a transposé le règlement dans une loi adoptée le 14 mai 20188

    Le règlement européen a été publié le 4 mai 2016 dans le Journal officiel de l'Union européenne et entre en vigueur le vingtième jour suivant celui de sa publication9.

    Étant un règlement européen, le RGPD est obligatoirement et directement applicable à lensemble des pays membres de l'Union européenne. Il n'est pas nécessaire de transposer cette réglementation dans le droit national pour la rendre applicable. Le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD)16 a été créé afin de permettre une coordination des actions des autorités de contrôle nationales de chaque pays européen et de veiller à la protection des données à caractère personnel.

    Une enquête menée par Harvey Nash et KPMG montre que les entreprises mondiales ne placent pas la mise en conformité au RGPD dans leur priorité. Il y aurait 38 % des entreprises mondiales qui ont répondu à l'enquête qui admettent qu'elles ne respecteraient probablement pas l'ensemble des dispositions du RGPD pour sa date d'entrée en vigueur le 25 mai 2018 bien qu'elles aient eu deux ans pour s'y préparer21. Les investissements des entreprises mondiales sont plutôt dirigés vers la cybersécurité à cause d'une augmentation des cyberattaques. D'autre part, la conformité au RGPD tend à se compliquer face à une pénurie de personnel compétent dans le domaine du Big Data. De plus sur certains points, comme la vérification d'identité d'un utilisateur ayant oublié ses identifiants par un fournisseur, le règlement n'est pas précis, ce qui a pour conséquence une vérification insuffisante, facilitant le piratage37 ou inversement des demandes de données plus sensibles (copie de passeport, par exemple) que celles détenues38. D'autres acteurs, comme l'Observatoire et forum EU Blockchain39,40, ont soulevé certaines oppositions entre le RGPD et les blockchains, des technologies de base de données distribuées reposant le plus souvent sur de multiples acteurs. En effet, ces technologies impliquent généralement que les données enregistrées sur ces chaines ne puissent être modifiées a posteriori, dans un but d'infalsifiabilité et de transparence, n'autorisant que l'ajout de données. De prime abord, ceci va à l'encontre du droit à l'oubli évoqué dans le RGPD, qui nécessite a priori un droit à la suppression des données personnelles. Cependant, des stratégies telle que l'inscription de données chiffrées dans le registre de la chaîne puis la destruction de la clé permettant leur déchiffrement pourrait répondre au droit à l'oubli tel qu'envisagé dans le RGPD, la CNIL a par exemple suggéré qu'une telle stratégie pourrait être une solution. D'autres questions restent en suspens, comme l'identification des acteurs tels que définis par le RGPD dans le contexte d'une blockchain publique où la participation au réseau est ouverte et ne requiert pas de permission. À l'échelle mondiale, certains[Qui ?] voient le RGPD comme une perte de compétitivité pour les entreprises européennes. En effet, celles-ci doivent pour beaucoup investir dans la protection des données personnelles, pendant qu'il n'existe aucun règlement similaire dans des pays comme les États-Unis. Un juriste et lobbyiste américain par exemple qualifie même le RGPD d'« erreur stratégique »41 considérant que le big data, où l'utilisation massive de données, devient essentielle à l'innovation et que l'Union européenne impose un règlement de protection des données personnelles dans le but de diminuer l'utilisation de celles-ci.

    Deux tiers des 100 plus importants sites d'information américains sont accessibles et se déclarent compatibles avec le RGPD. Certains sites comme Forbes vont même au-delà de l'obligation de pouvoir opter contre la personnalisation des publicités (opt-out) et désactivent par défaut la personnalisation des publicités, afin que ce soit au lecteur d'opter pour (opt-in)[réf. souhaitée].

    En cas de non-respect du RGPD, plusieurs sanctions peuvent être appliquées aux entreprises. L'article 5827 du RGPD, donne à la CNIL le pouvoir de mettre en place des moyens dissuasifs afin de lutter contre les défauts de conformités se référant aux dispositions du RGPD. Les sanctions entrainées par la CNIL sont dites graduelles car elles dépendront de la gravité des actions constatées et qui sont contraires au RGPD. Ces sanctions s'établissent en plusieurs étapes28 : Si les entreprises ou les organismes privés violent une des nouvelles normes du règlement, le RGPD prévoit des sanctions administratives et pénales. Ces sanctions ont surtout un but dissuasif du fait de leurs montants très élevés. L'analyse de la nature, la durée ainsi que de la gravité de la violation permettent de qualifier la sanction administrative qui sera applicable. D'autres sanctions supplémentaires peuvent être appliquées aux sanctions administratives et pénales, en cas de violation à l'une des dispositions du RGPD. En effet, toute personne lésée par le comportement des responsables ainsi que par le traitement des données non conforme au RGPD à la possibilité d'attaquer en justice l'organisme en faute33. Cette action en justice peut entraîner le versement de dommages et intérêts.

    L'une des premières amendes administratives peut atteindre jusqu'à 10 000 000 ou pour une entreprise, jusqu'à 4 % de son chiffre d'affaires annuel mondial total de l'exercice précédent. Le montant retenu concerne toujours le montant de la sanction le plus élevé. Cette amende administrative est appliquée lorsque les manquements aux obligations du RGPD sont de nature suivante29 :

    Un réseau social allemand Knuddels a été condamné par l'autorité allemande de protection de données (la Baden-Württemberg Data Protection Authority) à une amende d'un montant de 20 000 euros suite à une fuite de plus de 2,6 millions de données de ses utilisateurs. Le montant de l'amende a été limité du fait de la transparence du réseau social et sa rapidité pour mettre à jour la sécurité du réseau social31. La mise en œuvre du règlement général sur la protection des données a causé un bouleversement dans beaucoup d'entreprises, en premier lieu les grandes entreprises travaillant directement ou indirectement dans le secteur de la donnée. Qu'il s'agisse des GAFA, des entreprises du secteur publicitaire pour qui l'utilisation des données personnelles est une part essentielle de leur travail, du secteur public, ou encore des PME qui doivent gérer les données personnelles de leurs salariés. Si certaines entreprises comme Apple se disent en accord avec le RGPD (mise en œuvre d'un bouton bleu qui montre à l'utilisateur quand Apple35 utilise ses données, ainsi que des options « supprimer mes données personnelles/supprimer mon compte » sur leur site en ligne), d'autres comme Facebook36 pourraient recevoir de lourdes amendes en raison de failles évidentes dans la protection des données de leurs utilisateurs.

    Par ailleurs, le non-respect du RGPD peut impacter l'image et la réputation des entreprises ou organisations fautives34.

    • F-貿聯(3665)跟振樺電還能續抱嗎??

      強勢股按5日線的轉折與否操作就對了,5日線只要不轉折下走都仍可持股續抱,若擔心見5日線轉下才賣,少賺很多的話,可以兩日k線賣訊來搶賣, ...