Yahoo奇摩 網頁搜尋

  1. Liste de pièces de théâtre nō : N-Z — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pièces_de_théâtre_nō_:_N-Z

    Liste complète des pièces pré-modernes nō encore existantes, avec leurs auteurs présumés et leur catégorisation. Une brève traduction en anglais du titre est donnée lorsqu'il en existe une. Certaines pièces portent des noms différents selon ...

  2. Campagne contre Dong Zhuo — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Campagne_contre_Dong_Zhuo
    • Situation Avant La Campagne
    • Déroulement Des Opérations
    • La Coalition Dans Les Œuvres de Fiction
    • Références
    • Bibliographie
    • Liens Externes

    Lorsque l'empereur Han Lingdi meurt en 189, le Général en chef He Jin demande à Dong Zhuo, un général en poste dans la province frontalière de Liang, de quitter le nord-ouest du pays avec ses troupes pour marcher sur Luoyang, la capitale de l'empire. Jin fait appel à Dong pour qu'il l'aide à éliminer les Dix Eunuques, une puissante faction qui domine la cour impériale et gère de fait les affaires de l'État. Cependant, les eunuques découvrent le plan de He Jin avant l'arrivée de Dong Zhuo et assassinent le général en chef[3]. Après ce meurtre, Yuan Shao prend la tête des partisans du défunt, pénètre de force dans le palais et massacre tous les eunuques, causant près de 2 000 morts. Certains des chefs de cette faction réussissent à s'enfuir et enlèvent l’empereur Han Shaodi, ainsi que son frère Liu Xie, le Roi de Chen Liu, pour qu'ils leur servent d'otages. Dans la confusion, l'empereur perd le Sceau Impérial. Finalement, les ravisseurs se suicident en se jetant dans le fleuve et lors...

    Formation de la coalition

    Une fois en poste à Bohai, Yuan Shao reste farouchement opposé à Dong Zhuo et commence à préparer un coup d'État pour le chasser du pouvoir. Han Fu, le Gouverneur de la Provincede Ji (冀州), le dissuade de mener son projet à bien. Au même moment, Qiao Mao, le Grand Administrateur de la Commanderiede Dong (東郡), écrit de nombreuses lettres accusant Dong Zhuo d'être un traître cherchant à usurper le trône. Il conclut ses missives par un appel à une expédition punitive contre le Chancelier. Ces let...

    Destruction de Luoyang

    La formation de cette coalition inquiète Dong Zhuo, qui réagit en proposant d'évacuer la capitale immédiatement et de déplacer la cour impériale à Chang'an, la capitale secondaire, située plus à l'ouest. Tous les civils devraient évacuer Luoyang et se déplacer à Chang'an, Dong et son armée restant seuls sur place pour défendre Luoyang face aux forces des seigneurs de guerre. Cette proposition fait l'objet de fortes critiques de la part des autres membres de la Cour, mais Dong les réduit au si...

    La marche sur Luoyang de Sun Jian

    Dans le même temps, Sun Jian rejoint Yuan Shu à Luyang, avec 20 000–30 000 hommes. Shu lui donne le grade de "Général qui Disperse les Rebelles" (破虜將軍), ainsi que le poste de gouverneur de la Provincede Yu et fait de ses troupes l’avant-garde de son armée. Sun se met à pied d'œuvre et commence à former ses hommes à Luyang. Au cours de l’hiver 190, Dong Zhuo envoie une force de quelques dizaines de milliers d'hommes attaquer Luyang. Lorsque l'attaque commence, les hommes de Sun Jian sont en pl...

    Dans le roman historiqueLe Roman des Trois Royaumes, l’auteur Luo Guanzhong romance fortement les faits et change quelques détails de cette campagne, afin de mieux mettre en valeur les personnages principaux de son œuvre. Par exemple, il n’y a aucune preuve historique permettant d'affirmer que Liu Bei, Guan Yu et Zhang Fei participent à la campagne; pourtant leurs réalisations éclipsent celles de Sun Jian dans le roman. Luo Guanzhong a également simplifié certains événements historiques, inventé des batailles fictives et modifié la séquence des événements. Toutefois, en raison de la popularité du roman, beaucoup de gens pensent que les événements détaillés dans le roman sont vrais et ne connaissent pas la véritable histoire, telle que présentée dans les sources fiables de l'époque, comme le Hou Hanshu, les Chroniques des Trois Royaumes, ou le Zizhi Tongjian. Le point de vue développé dans ce récit fictif de l’histoire est également adopté par de nombreux opéras chinois et jeux vidéo.

    (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Campaign against Dong Zhuo » (voir la liste des auteurs).

    (en) Chun-shu Chang, The Rise of the Chinese Empire : Nation, State, and Imperialism in Early China, ca. 1600 B.C. – A.D. 8, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2007, 301 p. (ISBN 978-0-472-11...
    Chen, Shou. Chroniques des Trois Royaumes (Sanguozhi).
    de Crespigny, Rafe (1990). "Generals of the South"[archive] Faculty of Asian Studies, The Australian National University, Canberra. Internet edition 2004.
    de Crespigny, Rafe (1996). "To Establish Peace: being the Chronicle of the Later Han dynasty for the years 189 to 220 AD as recorded in Chapters 59 to 69 of the Zizhi tongjian of Sima Guang". Volum...
    (en) « Map showing the places involved during the historical campaign »[archive] (62.6 KiB)
    • Février 190 - 191
    • Dong Zhuo
    • Pas de victoire nette d'un des deux camps ː Dong Zhuo se replie et la coalition se dissout de fait
    • Henan
  3. Tōyō kanji — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Tōyō_kanji
    • Origines de La Réforme
    • Application Concrète de La Limitation de l'usage Des Kanjis
    • Le Problème : Les Mazekaki
    • Liste Des 1 850 Tōyō Kanji
    • Voir aussi

    En Chine, en 1909, Lu Feikui, dans le Magazine de l'éducation (教育杂志, jiàoyù zázhì), commence le premier[réf. souhaitée] à parler de simplification des caractères chinois han. Le mouvement amorcé touche à la fois la Chine, alors envahie par le Japon, les États-Unis et des pays européens, la Corée désirant de nouveau passer au hangeul, longtemps interdits par arrêté royal et Taïwan, entré dans l'Empire japonais. Le Japon était également désireux de réformer en profondeur le système d'écriture. Quelque temps avant la guerre, les avocats de la phonétique se plaignaient également du nombre imposant de kanjis à apprendre et de la difficulté que cela posait à l'apprentissage du japonais écrit. Ils proposaient même l'abolition des caractères chinois au profit d'un système purement phonétique, comme l'avait fait le Vietnamsous influence française auparavant. Le ministère de l'Éducation tenta une réforme qui se heurta à une opposition farouche des savants, des écrivains et du public en généra...

    Plus qu'une simple liste des kanjis, l'avis publié par le ministère de l'Éducation contient aussi des règles claires quant à l'utilisation des tōyō kanji. Dans la préface du document, on peut lire que les tōyō kanjise doivent d'être utilisés dans les documents juridiques et gouvernementaux, les journaux, les magazines et par le public en général. Que si l'on veut écrire un mot dont les kanjis ne font pas partie de cette liste dans un document quelconque, on se doit de le changer pour un autre mot ou de l'écrire en kanas. Que les pronoms, les conjonctions, les interjections, les adverbes, les verbes auxiliaires, les articles et les postpositions doivent être écrits le plus souvent possible en kanas. Que les mots d'origine étrangère se doivent d'être écrits en kanas. Qu'en règle générale, les furiganane doivent pas être utilisés. Que pour les termes techniques, il est souhaitable d'utiliser les tōyō kanji comme base et d'effectuer les arrangements nécessaires (l'objectif n'est pas ici...

    La plupart des mots japonais étant composés de deux (ou plus) kanjis, il y avait beaucoup de mots dont un caractère était inclus dans les tōyō kanji et l'autre pas. Dans ce cas, l'usage recommandé était d'écrire la partie incluse en kanjis et l'autre partie en kanas. Ces mots furent nommés « mazekaki» (caractères mélangés).

    一 丁 七 丈 三 上 下 不 且 世 丘 丙 中 丸 丹 主 久 乏 乗乙 九 乳 乾 乱 了 事 二 互 五 井 亜 亡 交 享 京 人 仁 今 介 仕 他 付 代 令 以 仰 仲 件 任 企 伏 伐 休 伯 伴 伸 伺 似 但 位 低 住 佐 何 仏 作 佳 使 来 例 侍 供 依 侮 侯 侵 便 係 促 俊 俗 保 信 修 俳 俵 併 倉 個 倍 倒 候 借 倣 値 倫 仮 偉 偏 停 健 側 偶 傍 傑 備 催 伝 債 傷 傾 働 像 僚 偽 僧 価儀 億 倹 儒 償 優 元 兄 充 兆 先 光 克 免 児 入 内 全 両 八 公 六 共 兵 具 典兼 冊 再 冒 冗 冠 冬 冷 准 凍 凝 凡 凶 出 刀 刃 分 切 刈 刊 刑 列 初 判 別 利 到 制 刷 券 刺 刻 則 削 前 剖 剛 剰 副 割 創 劇 剤 剣 力 功 加 劣 助 努効 劾 勅 勇 勉 動 勘 務 勝 労 募 勢 勤 勲 励 勧 勺 匁 包 化 北 匠 匹 匿 区 十 千 升 午 半 卑 卒 卓協 南 博 占 印 危 却 卵 巻 卸 即 厘 厚 原 去 参 又 及 友 反 叔 取 受 口 古句 叫 召 可 史 右 司 各 合 吉 同 名 后 吏 吐 向 君 吟 否 含 呈 呉 吸 吹 告 周 味 呼 命 和 咲 哀 品 員 哲 唆 唐 唯 唱 商 問 啓 善 喚 喜 喪 喫 単 嗣 嘆 器 噴 嚇 厳 嘱 囚 四 回 因 困 固 圏 国 囲 園 円 図 団 土 在 地 坂 均 坊 坑 坪 垂 型 埋 城 域 執 培 基 堂 堅 堤 堪 報 場 塊 塑 塔 塗 境 墓 墜 増 墨 堕 墳 墾 壁 壇 圧 塁 壊 士 壮 壱 寿 夏 夕 外 多 夜 夢 大 天 太 夫 央 失奇 奉 奏 契 奔 奥 奪 奨 奮 女 奴 好 如 妃 妊 妙 妥 妨 妹 妻 姉 始 姓 委 姫 姻 姿 威 娘 娯 娠 婆 婚 婦 婿 媒 嫁 嫡 嬢 子 孔 字 存 孝 季 孤 孫 学 宅 宇 守 安 完 宗 官 宙 定 宜 客 宣 室 宮 宰 害 宴 家 容 宿 寂 寄 密 富 寒 察 寡 寝 実 寧 審 写 寛 寮 宝 寸 寺 封 射 将 専 尉 尊 尋 対 導 小 少 就 尺 尼 尾 尿 局 居 届 屈 屋 展 層 履 属 山 岐 岩 岸 峠 峰 島 峡 崇 崩 岳 川 州 巡 巣 工 左 巧...

    Liens externes

    1. (ja) « Page sur l'usage de la phonétique en lieu des kanjis »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?). 2. (ja) « Avis du ministère de l'Éducation de 1946 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?). 3. (ja) « Tableau de polices de caractères »[archive], sur www.aozora.gr.jp (consulté le 28 septembre 2020). 1. Portail des langues 2. Portail du Japon 3. Portail de l’écriture

  4. KS X 1001 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/KS_X_1001

    KS X 1001, intitulé 정보 교환용 부호계 (한글 및 한자) (en coréen code pour échange d’information (hangeul et hanja)), est une norme sud-coréenne de codage des caractères sur 2 octets. Elle initialement identifiée comme KS C 5601 en 1974, et dans ...

  5. 其他人也搜尋了