Yahoo奇摩 網頁搜尋

  1. 維生素b 相關
    廣告
  1. Vitamine B12 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_B12

    La vitamine B 12, également appelée cobalamine, est une vitamine hydrosoluble essentielle au fonctionnement normal du cerveau (elle participe à la synthèse des neurotransmetteurs), du système nerveux (elle est indispensable au maintien de ...

    • 237-627-6, 200-680-0 (Cyanocobalamine)
    • cobalamine
  2. Vitamine B1 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_B1
    • Besoins en Vitamine B1
    • Mode d'action de La Thiamine
    • Divers
    • Voir aussi

    Chez l'être humain, les besoins estimés[7][source insuffisante] sont de 1,3 mg à 1,5 mg par jour. Chez l'adulte en bonne santé, l'absorption digestive est de 4,5 % de la dose ingérée, et baisse à 1,5 % en cas d'alcoolo-dépendance.

    Généralités

    La thiamine pyrophosphate, comme coenzyme[10], est partie intégrante du site actif de l'enzyme qui l'utilise. La réaction globale peut s'écrire de la façon suivante : Comment agit la thiamine ? La liaison carbonyle (oxo) est électriquement déséquilibrée, l'oxygène attirant les électrons. Ces carbones ont donc tendance à être positif. La thiamine va stabiliser une forme où le carbone qui va perdre le groupe R2 devient négatif (carbanion voir thiamineparagraphe Chimie) : il pourra y avoir alors...

    La vitamine B1 fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[11].

    • 200-425-3
    • vitamine B₁, aneurine
    • 3-[3-[(4-amino- 2-methyl- pyrimidin- 5-yl) methyl]- 4-methyl- thiazol- 5-yl] ethanol
    • 59-43-8
  3. Vitamine B9 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_B9
    • Histoire
    • Biochimie
    • Déficits en Folates
    • Alimentation
    • Divers
    • Voir aussi

    En 1929-1931, Lucy Wills décrit une anémie sévère touchant des femmes enceintes de Bombay en Inde. Il s'agissait de femmes vivant dans les conditions du Purdah, avec ségrégation physique et régime alimentaire monotone, dépourvu de fruits et légumes verts[5]. Elle décrit ainsi une anémie mégaloblastique curable par extraits de levure. Cette anémie se retrouve dans d'autres populations ayant un régime analogue. Des travaux ultérieurs conduisent à l'isolement d'un nutriment se trouvant dans le foie et les légumes verts, appelé folic acid ou folacin, jouant un rôle essentiel dans la maturation cellulaire, entre autres celle des globules rouges. La démonstration expérimentale de son rôle chez le singe, a conduit à une première dénomination de « vitamine M » (M pour Monkey)[6]. En recherchant des analogues structuraux de synthèse de l'acide folique, des produits antagonistes ont été découverts comme le méthotrexatequi bloque la division cellulaire et qui est utilisé contre certains cancer...

    Structure

    Le terme « vitamine B9» désigne un groupe de molécules dites folates et dérivant de l'acide folique. L'acide folique est constitué d'un noyau ptéridine, d'une molécule d'acide para-aminobenzoïque, et d'une molécule d'acide glutamique. La majorité des folates se trouve sous forme de polyglutamates[9].

    Biosynthèse

    Les plantes, des champignons (dont Agaricus bisporus, le champignon le plus cultivé au monde) et levures (dont levure de bière), des bactéries et certains protozoaires sont capables de synthétiser des folates, contrairement aux animauxqui doivent trouver ce composé dans leur alimentation. La dihydroptérine est synthétisée à partir du GMP. Pour jouer un rôle métabolique actif, l'acide folique doit être transformé en dihydrofolate (FH2), puis en tétrahydrofolate (THF), c'est à dire réduits (hyd...

    Rôle métabolique

    C'est sous forme de dérivés de l'acide tétrahydrofolique (tétrahydrofolates) que les folates exercent leur action de coenzymes dans de nombreuses réactions de transfert d'unités monocarbonées (en C1), dont la synthèse de novo des purines ou de la TMP (2'-déoxythymidine-5'-phosphate) à partir de la dUMP(2'-déoxyuridine-5'-phosphate). Le méthylène tétrahydrofolate peut connaître trois destinées différentes : 1. Réduction en 5,10-méthényltétrahydrofolate, puis en 10-formyltétrahydrofolate, donne...

    C'est l'une des carences vitaminiques les plus communes, surtout dans les pays et milieux défavorisés. Jusqu'en 1998, près de 20 % de la population générale des États-Unis était concernée par ce déficit, qui a été réduit par l'enrichissement systématique des farines alimentaires en acide folique[9]. Une carence peut survenir dans les situations suivantes : 1. apports insuffisants en aliments riches en folates (légumes verts, fruits et abats) ou besoins accrus (femmes enceintes ou allaitantes) ; 2. pathologies caractérisées par un renouvellement cellulaire important (anémies, cancers...) ou par une malabsorption intestinale (maladies digestives, hépatiques...) ; 3. prise de médicaments anti-folates (méthotrexate, sulfasalazine, anti-épileptique...). 4. beaucoup plus rarement : troubles génétiques du métabolisme des folates. Une carence en folate entraîne principalement des troubles hématologiques, voisins de ceux d'une carence en vitamine B12, et des troubles neurologiques progressif...

    Les aliments riches en vitamine B9sont, entre autres : 1. la levure alimentaire (697 μg -teneur moyenne- 3 900 μg -teneur maximum- pour 100 g)[34]; 2. les haricots blancs secs, les germes de blé, la farine de soja (250 à 350 μg pour 100 g) ; 3. les foies : dans le foie d’agneau, de veau ou de bœuf (200 μg pour 100 g), de canard (500 à 700 μg pour 100 g) ; 4. les épinards, les lentilles, le cerfeuil, le cresson (180 à 265 μg pour 100 g) ; 5. les petits pois (140 μg pour 100 g)[35]; 6. le jaune d'œuf cru, la mâche, les noix, le muesli, les céréales au son, le fromage de chèvre sec (130–170 μg pour 100 g) ; 7. toutes les fèves (50 à 120 μg pour 100 g)[35]; 8. le brocoli (80 μg pour 100 g)[35]; 9. les asperges (70 μg pour 100 g)[35]; 10. le melon (45 μgpar 1/2 melon) ; 11. la laitue romaine (30 μg pour 100 g) ; 12. les poires (10 μg pour 100 g) ; 13. les herbes aromatiques telles que la menthe, le romarin ou l’origan. La vitamine B9 étant hydrosoluble, elle se dissout dans l'eau de cuis...

    La vitamine B9 (folic acid en anglais) fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en novembre 2015)[37]. En 2013, le traitement par l'acide folique est réservé aux états carentiels avérés, et à la prévention des anomalies de fermeture du tube neural[9].

    Liens externes

    1. Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Vitamine B9[archive] 2. Page spécifique[archive]sur Le Vidal.fr 1. Portail de la chimie 2. Portail de la médecine

  4. Vitamine B3 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_B3
    • Découverte et Histoire
    • Métabolisme et Carences
    • Effets Secondaires
    • Sources Alimentaires
    • Notes et Références

    On doit la première description de la molécule à Hugo Weidel, en 1873 lors de ses études sur la nicotine[4]. Il l'obtient par oxydation de la nicotine avec de l'acide nitrique[5]. Elle est, par la suite, extraite du foie par le biochimiste Conrad Elvehjem, en 1937 qui en identifie l'ingrédient actif et l'appelle pellagra-preventing factor - de là son nom de vitamine PP - car elle a un effet préventif sur la pellagre[6]. Ce premier essai sur des chiens est suivi, peu de temps après, par un essai clinique sur les humains mené par le docteur Tom Douglas Spies, essai couronné de succès[7]. L'acide nicotinique est appelé vitamine B3 parce qu'elle est la troisième vitamine B à avoir été découverte. Pour éviter de suggérer que la nicotine -ou la cigarette- contient une vitamine et pour dissocier de la nicotine cette vitamine et les additifs alimentaires en contenant, le nom plus abstrait de niacine a été forgé, mot-valise de nicotinic acid vitamin. En 1951, Carpenter et Laguna[8], constata...

    Les vitamines B facilitent[10] la conversion de la nourriture (glucides) en énergie (glucose). La niacine est utile dans le processus de régulation des hormones liées au stress et améliore la circulation sanguine. Ces vitamines sont hydrosolubles et le corps ne les stocke pas. Il est rare, dans les pays développés, d'être victime d'une carence sévère en vitamine B3. Seul l'alcoolisme peut encore la provoquer[10]. Elle provoque la pellagre (affection cutanée, diarrhée, démence). Il peut cependant exister des causes génétiques, comme lors de la maladie de Hartnup[11]. Les symptômes d'une carence légère sont l'indigestion, la fatigue, le vomissement, ou la dépression. Elle peut être due à une grossesse[12].

    Le principal effet secondaire est la survenue d'un érythème facial[15]. Il peut exister des troubles digestifs ainsi qu'une augmentation de la glycémie[16].

    La vitamine B3 se trouve principalement dans la viande de poule, la levure alimentaire, les céréales et les biscuits enrichis en vitamine, les cacahuètes et les viandes de foie (veau, génisse, agneau)[17]. Les sources animales sont le foie, le cœur et les rognons (de 9 à 15 mg pour 100 grammes), la viande de poulet (6,5 mg), le bœuf (5 – 6 mg), le poisson (thon, saumon, etc. entre 2,5 et 13 mg). Les fruits et légumes en comportent un peu moins : avocat (1 mg pour 100 grammes), les dattes (2 mg), les tomates (0,7 mg), le brocoli (0,6 mg), les carottes (0,3 – 0,6 mg), la patate douce (0,5 – 0,6 mg). Les graines en sont plus riches, les noix ayant en moyenne 2 mg de niacine pour 100 grammes, le shiitake en contient entre 3,5 et 4 mg. La levure de bière en est particulièrement riche, avec 36 mg pour 100 grammes. Étant donné le bas coût d'obtention de ce produit, par rapport à la viande ou aux fruits et légumes frais, ce fut l'apport nutritionnel principal dans le traitement de la pellag...

  5. Vitamine B6 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_B6
    • Historique
    • Formes
    • rôles
    • Sources
    • Surdosage et Toxicologie
    • Carence
    • Utilisation Thérapeutique
    • Liens Externes

    Dans les années 1930, des régimes alimentaires expérimentaux provoquent, chez le rat, des troubles cutanés et neurologiques. Ces troubles ne pouvaient être traités par aucun nutriment connu, sauf par extrait d'une levure particulière[1]. En 1934, Paul György montre que le facteur curatif est une vitamine, dite B6. Dans les années qui suivent la vitamine B6 est isolée et cristallisée, et ses formes chimiques sont élucidées (à partir d'un noyau pyridine). Le terme pyridoxine est proposé par György en 1936[2]. Les premières observations de déficit en vitamine B6 chez l'homme ont été faites sur des nourrissons, alors qu'ils étaient allaités par un lait trop stérilisé à l'autoclave, ou enrichis en huile de palme[3]. D'où, dans les années 1950, d'intenses recherches sur la biochimie de cette vitamine, dont des expériences menées sur des volontaires subissant des régimes carencés[1]. D'autres déficits ont été observés chez les patients tuberculeux de cette époque traités par isoniazide, mé...

    La vitamine B6est connue sous trois formes principales, convertibles entre elles : 1. pyridoxine (PN), forme primaire (chimiquement un alcool) sous laquelle la vitamine B6est présente dans les végétaux et compléments vitaminés. 2. pyridoxal (PL), forme dérivée (chimiquement un aldéhyde) existant dans les cellules vivantes et donc présente dans les aliments d'origine animale. 3. pyridoxamine (PM), qui se distingue des deux précédentes par un groupe amine, également présente dans les aliments d'origine animale. La pyridoxine n'a aucun rôle dans le corps humain mais peut être convertie par le foie en les deux autres formes[4]. Cette conversion utilise de la vitamine B2. Les formes biologiquement actives sont des esters: 1. le phosphate de pyridoxal (PLP) ou pyridoxal 5'phosphate, qui intervient dans le métabolisme des acides aminés. 2. le phosphate de pyridoxamine (PMP) ou pyridoxamine 5'phosphate, qui intervient plus particulièrement dans les réactions de transamination. L'acide 4-pyr...

    Biochimie

    Le phosphate de pyridoxal, forme biologiquement active, intervient en tant que cofacteur enzymatique dans plus d'une centaine de réactions du métabolisme des acides aminés, notamment de transamination, désamination et décarboxylation. Il permet la conversion du glycogène en glucose (Glucose-1-Phosphate) par la Glycogène phosphorylase, et il joue un rôle dans le métabolisme des lipides. La vitamine B6 participe également à la transformation du tryptophane en vitamine B3, et à la biosynthèse de...

    Physiologie

    Dans les produits animaux, la B6 est majoritairement sous forme d'esters, alors que dans les produits végétaux, elle est sous forme de pyridoxine laquelle est moins biodisponible[6]. La B6 est absorbée au niveau du jéjunum et métabolisée au niveau des mitochondries des cellules hépatiques. Le surplus est lié à des albumines dans le plasma sanguin, et est excrété dans les urines. La demi-vie d'élimination est de l'ordre de 15 à 20 jours. Il n'existe pas de forme de stockage dans le corps humai...

    Elle est présente en quantités importantes dans les produits animaux comme les volailles, poissons, foies (bœuf, agneau, veau) ; et les produits végétaux comme les pois et céréales, le soja et les noix, les bananes[7],[8]. Par exemple, pour 100 g de produit : germe de blé (3,3 mg de B6), sardine (1), foie de veau (0,9), riz non poli (0,7), thon (0,5), œuf de poule (0,1)[8]. Toutefois, dans les végétaux, la vitamine B6 peut être reliée à des sucres, la rendant plus difficile à absorber par le corps humain. Des études suggèrent une biodisponibilité de la forme reliée à des sucres allant de 50% à 0% dans les aliments d'origine végétale[9]. La chaleur et donc la cuisson détruit partiellement la vitamine B6. L'apport quotidien conseillé est de l'ordre de 1,5 à 1,8 mg par jour (homme, femme, adultes, France)[8], de 1 à 2 mg par jour (enfant de 3-13 ans, femme allaitante, États-Unis)[6]. Le régime occidental standard offre un apport nettement supérieur aux besoins, puisqu'il serait de l'or...

    La limite de sécurité (pour la supplémentation en sus des apports conseillés) est de 5 mg par jour[8], ce qui correspond à l'enfant de 1 à 3 ans selon l'EFSA, cette limite étant à 25 mg par jour pour l'adulte[11]. Un surdosage en vitamine B6 peut se manifester par une neuropathie, pour des doses supérieures à 250 ou 500 mg par jour[6],[7],[12]. Ces effets indésirables ont été rapportés suite à une supplémentation en vitamine B6 (ou multi-vitamines possédant de la B6) ou lors de la consommation de produits enrichis en vitamine B6[13] (Energy Drinks, protéine en poudre... ). Des dommages aux ganglions de la racine dorsale[14] sont documentés, dans des cas humains de surdosage de pyridoxine[15]. Bien qu'il s'agisse d'une vitamine soluble dans l'eau et excrétée dans l'urine, de hautes doses à court terme ou petites doses sur une longue période peuvent provoquer des problèmes neurologiques douloureux et finalement irréversibles [16],[17],[18],[19],[20],[21],[22]. Les symptômes les plus f...

    Sujets à risques

    Le déficit isolé de B6est rare, il est le plus souvent associé à d'autres déficits vitaminiques, notamment ceux des autres vitamines B. Dans les pays développés, la carence en B6 fait partie des carences multiples pouvant survenir chez l'alcoolique chronique. Des taux bas de vitamine B6 peuvent se retrouver dans des états d'obésité, de grossesse, ou de malabsorption intestinale (maladie cœliaque, maladies inflammatoires de l'intestin, chirurgie digestive...)[6]. Les autres affections à risque...

    Pathologies

    Chez l'adulte, notamment alcoolique chronique, on peut observer des polynévrites sensitives et des troubles psychiques (dont la dépression). Des atteintes cutanées, démangeaisons, atteintes des lèvres (chéilite) et de la langue (glossite) peuvent se voir, ainsi qu'une anémie normocytaire ou microcytaire non spécifique[3],[6]. Chez l'enfant, une carence ou un déficit sévère en B6 peut provoquer des crises convulsives. Il existe aussi une maladie très rare, liée à un trouble métabolique congéni...

    Des études sont en cours de discussion pour évaluer le rôle d'un déficit en B6 dans les maladies cardio-vasculaires, le cancer ou le déclin cognitif. En 2018, il n'existe pas de données suffisantes pour proposer une supplémentation préventive dans ces affections (en sus de l'apport quotidien recommandé)[6]. Quelques études indiquent cependant qu'une supplémentation en B6 pourrait améliorer le syndrome prémenstruel. The American College of Obstetrics and Gynecology recommande une supplémentation (1,9 mg par jour) contre les nausées et vomissements de la grossesse[6]. En toxicologie, la B6 est utilisée comme antidote d'urgence lors d'intoxications médicamenteuses (isoniazide), par éthylène-glycol, et par des champignons contenant de la gyromitrine[6] comme la fausse morille. Associée à la cystine, la B6 est aussi présentée comme favorisant le développement des phanères (cheveux, ongles...). Une certain forme de la vitamine B6 (la pyridoxine) est utilisée comme traitement des anémies s...

    La pyridoxine et son rôle métabolique.[archive]
    https://intoxicationvitamineb6.wordpress.com[archive]
    https://vitaminb6toxic.wordpress.com/[archive]
  6. Vitamine B5 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_B5
    • Occurrence Naturelle
    • Structure Chimique
    • Rôle Biologique
    • Sources de Vitamine B5
    • Utilisation
    • Recherches en Cours
    • Voir aussi
    • Notes et Références

    La racine étymologique provient de πάντοθεν (pántothen) qui, en grec, signifie « partout » : cette vitamine se trouve en effet dans presque tous les aliments. Cependant, on la trouve en proportions particulièrement concentrées dans les germes, les céréales complètes et dans les variétés d'ortie piquante. La gelée royale est l'un des produits naturels connus les plus riches en vitamine B5.

    L'acide pantothénique est constitué d'une molécule d'acide pantoïque et d'une molécule de β-alanine, liées par une fonction amide.

    Précurseur et constituant du coenzyme A, la vitamine B5 favorise la croissance et la résistance de la peau et des muqueuses. Elle est nécessaire au métabolisme des glucides, lipides et protéines et participe à la synthèse de certaines hormones. L'acide pantothénique est détruit par la chaleur en solution aqueuse. Les besoins du corps humain sont estimés à 5 mg par jour à partir de 16 ans, à 2 mg chez les nourrissons et à 7 mgpour les allaitantes mais généralement seule une sous-alimentation peut entraîner une réelle carence.

    D’après la table Ciqual de l’anses[2], les aliments les plus riches en vitamine B5 sont rassemblés dans la table ci-dessous, par ordre décroissant.

    Ses propriétés, hydratantes, sont utilisées en cosmétologie capillaire car la B5 accroît l'élasticité des cheveux et contribue à contrer leur chute. Elle est aussi utilisée pour soigner l'acné, à des doses environ de 4 000 mg[réf. nécessaire]par jour.

    Sont à l'étude les supposées vertus anti-obésité[3]de la vitamine B5, liées à la stimulation de l'action de la coenzyme A dans le métabolisme des graisses, coenzyme dont elle est le précurseur.

    Apports caloriques et vitaminiques de divers aliments
  7. Riboflavine — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Riboflavine
    • Utilisations
    • Sources de Vitamine B2
    • Notes et Références

    Additif alimentaire

    Elle est utilisée comme additif alimentaire en tant que colorant alimentaire jaune sous le numéro E101(i). C'est en fait la seule vitamine hydrosoluble ainsi colorée, et sa couleur est responsable de la teinte jaune des préparations solides ou des solutions aqueuses de vitamines B. L'additif alimentaire E106 (parfois E101a)[4] correspond au phosphate de riboflavine, et il est converti rapidement par l'organisme en vitamine B2. On le trouve notamment dans les pâtisseries, confitures, produits...

    Usage thérapeutique

    Elle est également utilisée en tant que traitement de fond de la migraine. Elle fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[6].

    La riboflavine se trouve naturellement dans[7]: 1. Le fromage de chèvre (1,38 mg/100 g) ; 2. Les amandes (1,1 mg/100 g) ; 3. La viande rouge (0,86 mg/100 g) ; 4. Le sirop d’érable (0,8 mg/100 g) ; 5. Les poissons gras (maquereau) (0,58 mg/100 g) ; 6. Les œufs durs (0,51 mg/100 g). et aussi les asperges, le maïs soufflé, les bananes, les kakis, le gombo, les bettes à carde, le lait, le yaourt et les haricots verts, dont chacun contient au moins 0,1 mg de vitamine B par 85-300g. D'autres sources sont les légumes verts feuillus, le foie, les reins, les légumineuses, les tomates, les levures, les champignons[8]. D’après la table Ciqual de l’anses[9], les aliments les plus riches en vitamine B2 sont rassemblés dans la table ci-contre, par ordre décroissant.

  8. Vitamine — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine
    • Histoire Des Vitamines
    • Classification et Action Des Vitamines
    • Besoins en Vitamines
    • Supplémentation en Vitamines
    • Conservation Des Vitamines
    • Conditions de Production, Sélection Des Semences et Vitamines
    • Articles connexes
    • Liens Externes

    La nécessité de manger certains aliments pour conserver une bonne santé a été reconnue bien avant l'identification des vitamines. Les anciens Égyptiens savaient que consommer du foie aide une personne à lutter contre l'héméralopie, maladie causée par la carence en vitamine A[2]. A la Renaissance, le développement des longs voyages sur les océans a entraîné des périodes prolongées sans fruits ni légumes frais, donc parmi les équipages des maladies dues aux carences en vitamines courantes, notamment le scorbut[3]. En 1747, le chirurgien écossais James Lind a découvert que les agrumes aidaient à prévenir le scorbut, une maladie particulièrement mortelle qui se caractérise par un arrêt de la synthèse du collagène, provoquant une mauvaise cicatrisation des plaies, des saignements des gencives, une douleur intense et la mort[2]. En 1753, Lind publie son Traité sur le scorbut, qui recommande d'utiliser des citrons et des limes (citron vert) pour éviter le scorbut, ce qui est adopté par la...

    Généralement, on sépare les vitamines en deux groupes : les vitamines hydrosolubles (solubles dans l'eau) et les vitamines liposolubles(solubles dans les graisses). Les vitamines liposolubles sont absorbées avec les graisses et, comme celles-ci, sont stockables dans l'organisme (dans les graisses), il est donc difficile de s'en débarrasser. À l'inverse, les vitamines hydrosolubles (à l'exception de la vitamine B12) ne sont pas stockables et les apports excédentaires sont éliminés par la voie urinaire. Les vitamines ont deux types de rôles une fois transformées dans l'organisme : 1. un rôle coenzymatiquepour la plupart (coenzymes substrats, coenzymes de transfert de groupement, coenzymes activateurs de substrats) 2. un rôle hormonal(pour la vitamine D et probablement A pour une part) On peut définir l'action globale des vitamines selon leur intérêt comme le rôle dans l'hématopoièse (acide folique), la perméabilité cellulaire (acide ascorbique)…

    Ils sont difficiles à établir car ils varient avec l'âge, la taille, le sexe, l'activité musculaire. Ils augmentent pendant la croissance, pendant les maladies et les états fébriles, et en ce qui concerne les femmes, pendant la grossesse et l'allaitement.

    Plus de 50 % des américains prennent, d'une manière ou d'une autre, des suppléments vitaminiques et cette proportion tend à croître[24]. Alors que certaines critiques affirment que ce sont les personnes en meilleure santé qui prennent le plus de suppléments[25] et qu'il n'existe pas de preuves d'une efficacité de cette mesure quant à la prévention des maladies chroniques[25], l'étude de l'ensemble de la recherche indexée sur PubMed, Embase et Cochrane indique une grande variété de résultats selon les vitamines et minéraux choisis, les pathologies chroniques étudiées, les protocoles, etc[26]. Il n' y a cependant aucun bénéfice démontré chez le patient non dénutri en termes de mortalité globale ou de survenue de maladies cardio-vasculaires[27] ou en prévention du déclin cognitif[28]. Il pourrait exister une discrète diminution du risque de survenue d'un cancer mais uniquement chez les hommes[27]. La prise de suppléments de vitamines peut être plus efficace que l'éducation à la bonne a...

    Certaines des vitamines peuvent être détruites soit par la chaleur (cuisson), soit par l'air (action de l'oxygène lors de la découpe en petits morceaux) ou la lumière (rayons ultraviolets). Le séchage, la congélation, le réchauffage peuvent aussi entrainer des pertes de vitamine. Par ailleurs, les vitamines hydrosolubles partent en grande partie dans l'eau de cuisson. Ainsi, une soupe ou un potage, pour lequel on garde l'eau, ou la cuisson à la vapeur, avec laquelle les aliments ne trempent pas dans l'eau, permettent de garder une plus grande quantité de vitamines.

    Bien que des sites internet ou des médias populaires[Lesquels ?] indiquent que les conditions de production actuelles influeraient à la baisse sur les concentrations de micronutriments des aliments, une méta-analyse canadienne publiée en 2017[32] explique que les méthodes de comparaison utilisées ne sont pas fiables et que les variations naturelles (terroir, météo) sont beaucoup plus importantes que les variations historiques de certains éléments. Cette étude est corroborée par une publication de l'académie d'agriculture française[33].

    Portail didactique sur les vitamines[archive]
    (en) « Nutritional Effects of Food Processing »[archive]qui présente les pertes en vitamine suivant le mode de préparation
    vidéo sur les pertes en vitamines depuis1950[archive]de la chaine M6, qui au 22 septembre 2018 est indisponible car retirée du web, et sa page a été effacée du cache. Se reporter à l’article sur le...
    Cash Investigation » : comment les multinationales font leur beurre sur nos fruits et légumes[archive]
  9. Cholécalciférol — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Cholécalciférol
    • Définition
    • Origine
    • Prévention
    • Types
    • Symptômes
    • Épidémiologie
    • Source
    • Toxicité

    Le cholécalciférol est une forme de vitamine D, également appelée vitamine D3. Son nom systématique est \\"(3β,5Z,7E)-9,10-sécocholesta-5,7,10(19)-triène-3-ol\\". La vitamine D3 est un sécostéroïde plutôt parent de la testostérone, du cholestérol et du cortisol.

    La vitamine D possède une double origine : elle est apportée par l'alimentation et synthétisée par l'organisme au niveau de la peau sous l'action des rayons UVB du soleil.

    Les sujets s'exposant très peu au soleil peuvent présenter des carences plus ou moins importantes en vitamine D. Les personnes à peau claire synthétisent la vitamine D plus vite que celles à peau foncée, et ont donc besoin d'une durée d'exposition moins longue pour transformer les précurseurs de la vitamine D produits par le foie en vitamine D. La quantité de vitamine D que la peau peut produire est limitée ; une exposition prolongée à la lumière solaire (plus de 30 minutes pour une personne à peau claire, jusqu'à trois heures pour les personnes à peau sombre) n'augmente pas la quantité de cholécalciférol produite par l'organisme. Pour une personne à peau claire, une exposition de 10 à 15 minutes quelques fois par semaine suffit à couvrir les besoins en vitamine D3. La vitamine D fabriquée par la peau est mise en réserve au niveau du foie, du muscle et du tissu gras et utilisée à la demande au cours des périodes hivernales.

    Deux formes de vitamine D existent : la vitamine D2 ou ergocalciférol produite par les végétaux et la vitamine D3 ou cholécalciférol produite par les animaux, ainsi que par certains lichens. Chez l'homme, ces deux formes sont converties en 1,25-dihydroxyvitamine D (communément appelé vitamine D), leur principal métabolite actif.

    Les signes cliniques de carence en vitamine D sont : l'ostéomalacie et le rachitisme au niveau osseux, la baisse de tonus musculaire, les crises de tétanie et les convulsions (en relation avec une hypocalcémie) et parfois l'anémie. Chez les personnes âgées, la carence en vitamine D constitue un terrain favorable à la perte osseuse (donc à l'ostéoporose), et à la dépression (comme l'a confirmé une étude néerlandaise évoquée dans Archives of General Psychiatry (mai 2008)).

    Plusieurs tranches d'âge constituent des populations à risque de carence en vitamine D : ce sont les nouveau-nés, les nourrissons, les femmes enceintes et les personnes âgées, particulièrement celles placées en institution, qui s'exposent peu au soleil et/ou ont des besoins accrus. D'autres facteurs peuvent aggraver ces risques de carence, la forte pigmentation cutanée, les régimes alimentaires spécifiques (végétarien, macrobiotique), les pathologies induisant une malabsorption intestinale.

    Un nombre limité d'aliments contient des quantités significatives de vitamine D. En effet, ces teneurs sont étroitement liées à la présence de matières grasses dans les aliments. Les meilleures sources de vitamine D sont les poissons de mer gras, quel que soit leur mode de préparation et de conservation (cuisson à l'eau, fumage, appertisation, grillade) : harengs, saumons, sardines, maquereaux par exemple. Le jaune dœuf, les produits laitiers, et certains champignons (avec de grandes différence selon les variétés) sont aussi des sources de vitamine D. De faibles quantités de vitamine D sont également apportées par les viandes, les abats et les pâtés. Les poissons maigres (raie, sole, colin) en sont dépourvus. Certains lichens produisent également du cholécalciférol (vitamine D3), et sont utilisés pour produire des compléments alimentaires végétaux en cette vitamine.

    Le cholécalciférol fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)4.

  10. Vitamine E — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Vitamine_E
    • Découverte
    • Structure
    • rôles
    • Teneurs en Vitamine E
    • Voir aussi

    En 1922, l'embryologiste Herbert McLean Evans (en) et son assistante Katharine Scott Bishop, de l'université de Californie à Berkeley, constatent que chez des rats soumis à un régime appauvri en lipides, les femelles peuvent tomber enceintes mais aucun fœtus ne se développe. Cependant, les grossesses arrivent à terme quand le régime est supplémenté avec des feuilles de laitue ou du germe de blé.Les deux scientifiques soupçonnent l'existence d'un composé lipophile, qu'ils nomment Facteur X, indispensable au développement du fœtus. En 1924, indépendamment des recherches de Herbert Evans et Katharine Bishop, Bennett Sure, de l'université de l'Arkansas, montre qu'un composé retiré d'un régime alimentaire induit la stérilité chez les rats mâles. Bennett Sure nomme ce composé Vitamine E, les lettres A, B, et C étant déjà utilisées, et la lettre D étant pressentie pour un facteur antirachitique. La vitamine E reçoit aussi le nom de tocophérol, du grec tokos : progéniture et pherein: porter...

    La vitamine E existe sous huit formes naturelles, quatre tocophérols et quatre tocotriénols: Les tocophérols sont constitués d'un noyau chromanol et d'une chaîne latérale saturée à seize atomes de carbone. Les tocotriénols diffèrent des tocophérols par la présence de trois doubles liaisons sur cette chaîne latérale. La vitamine E fait référence à la fois aux tocophérols et aux tocotriénols, qui présentent une activité alpha-tocophérol. En raison de la teneur en hydrogène du 2H-1-benzopyran-6-Ole, ces composés présentent différents niveaux d'activité antioxydante en fonction de l'emplacement et du nombre de groupes méthyle et du type d'isoprénoïdes.[1] La différence entre les formes alpha, bêta, gamma et delta réside dans le nombre et la position des groupes méthyle sur le noyau chromanol : 1. Structure et dénomination des quatre tocophérols: 1. Structure et dénomination des quatre tocotriénols:

    Antioxydant

    L'organisme produit continuellement des radicaux libres, composés très réactifs comportant des électrons célibataires. Les radicaux libres endommagent des composants cellulaires aussi divers que les protéines, les lipides ou l'ADN. Les réactions radicalaires se propagent en chaîne : les molécules déstabilisées par un électron célibataire deviennent à leur tour des radicaux libres.Les antioxydants ont pour rôle de stopper ce processus en neutralisant les radicaux libres, pour réduire leur noci...

    Additif

    De la vitamine E synthétique peut être utilisée comme additif alimentaire sous les noms suivants (officiels pour l'Union européenne[2]) : 1. « acétate de tout-rac-α-tocophéryle », dénommé « Vitamine E/Acétate d'alpha-tocophéryle totalement racémique » avant 2015 ; 2. « acétate de RRR-α-tocophéryle », autrefois dénommé «Vitamine E/Acétate de RRR-alpha-tocophéryle» ; 3. « RRR-α-tocophérol », autrefois dénommé « vitamine E/RRR-alpha-tocophérol ».

    Utilisation médicale

    Elle est prescrite soit en milligrammes soit en unités internationales : 1 UI de vitamine E est l'équivalent biologique d'environ 0,667 mg de d-alpha-tocophérol (²⁄₃ mg exactement), ou de 1 mgde dl-alpha-tocophérol acétate. En plus de son rôle antioxydant, la vitamine E évite l'agrégation excessive des plaquettes responsable des thromboses, a une action protectrice sur les globules rouges et pourrait prévenir, par ce biais les maladies cardio-vasculaires d'origine athéromateuse. En pratique,...

    La vitamine E est présente dans les huiles végétales, principalement dans l'huile de figue de barbarie, l'huile de germe de blé, d'argousier, l'huile de palme non raffinée (rouge) et dans les huiles d'argan, de tournesol, de soja, d'arachide ou d'olive. On la trouve aussi en moindre quantité dans les céréales, les amandes, les légumes verts, le beurre, la margarine, les poissons gras. Les carences en vitamine E sont rarement observées. D'une part, l'alimentation couvre largement les besoins journaliers[réf. nécessaire] (de l'ordre de 15 mg/j chez l'adulte), d'autre part, cette vitamine stockée par le foie et dans les graisses est peu détruite par l'organisme. Pour les cas de carence, on trouve cependant dans les circuits pharmaceutiques de l'acétate de tocophérol à raison de 500 mgpar capsule à prendre quotidiennement pendant un mois. Le tableau ci-dessous présente les aliments possédant la plus importante teneur en vitamine E. Les valeurs sont indiquées en mg de vitamine E pour 100...

  11. 其他人也搜尋了
  1. 維生素b 相關
    廣告