Yahoo奇摩 網頁搜尋

  1. 12/1戴口罩 相關
    廣告
  1. 121 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/121

    Événements 21 avril : début de la construction du temple de Vénus et de Rome, à l'occasion de l’anniversaire de la ville [1] (fin en 137). Après le 21 avril : début des voyages de l'empereur Hadrien à travers l'empire, qui inspecte ...

  2. Système horaire sur 12 heures — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Système_horaire_sur_12_heures

    Le système horaire sur 12 heures est une convention de mesure du temps dans laquelle le jour est divisé en deux périodes de 12h chacune, l'une s'achevant à midi et l'autre commençant à cet instant pour s'achever à minuit, début ...

  3. 121e régiment d'infanterie — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/121e_régiment_d'infanterie

    Le 121e régiment d'infanterie (121e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir de la 121e demi-brigade de première formation. Insigne de béret de l'infanterie

  4. Escadron de chasse 1/12 Cambrésis — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Escadron_de_chasse_1/12_Cambrésis

    L'EC 1/12 Cambrésis a été créé en mai 1952 sur la Base aérienne 118 Mont-de-Marsan et s'installe dès le mois de juillet suivant sur la base aérienne 103 Cambrai-Épinoy.Initialement équipée de MD 450 Ouragan, l'escadron passe sur ...

  5. 121e régiment du train — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/121e_régiment_du_train

    Le 121e régiment du train est un régiment de l'Armée de terre française, basé à Montlhéry (Essonne).

  6. Manifeste des 121 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Manifeste_des_121
    • Objectifs
    • Généralités
    • Présentation
    • Médias
    • Conséquences
    • Événements
    • Polémique
    • Citation
    • Origine
    • Contexte historique
    • Critique
    • Accidents

    Selon ses propres termes, le manifeste cherche à informer lopinion française et internationale du mouvement de contestation contre la guerre d'Algérie. Les 121 y critiquent l'attitude équivoque de la France vis-à-vis du mouvement d'indépendance algérien, en appuyant le fait que la « population algérienne opprimée » ne cherche qu'à être reconnue « comme communauté indépendante ». Partant du constat de l'effondrement des empires coloniaux, ils mettent en exergue le rôle politique de l'armée dans le conflit, dénonçant notamment le militarisme et la torture, qui va « contre les institutions démocratiques ».

    La liste des 121 premiers signataires est complétée par quelques uns des 125 autres qui se sont adjoints à eux. Leurs noms sont soulignés.

    Le manifeste est publié le 6 septembre 1960 dans Vérité-Liberté. Ce magazine est consacré à divulguer toute information interdite ou filtrée par la censure sur la guerre d'Algérie. Il est géré par Paul Thibaud. Son comité de rédaction comporte les journalistes Robert Barrat et Claude Bourdet, l'historien Pierre-Vidal-Naquet, le mathématicien Laurent Schwartz, l'écrivain Vercors et Jean-Marie Domenach de la revue Esprit1. Le manifeste devait aussi paraître dans le numéro d'août-septembre 1960 des Temps Modernes, mais censuré, fut remplacé par une double page blanche, suivie de la liste des signataires.

    La revue Routes de la paix (qui a pris plusieurs autres noms), installée en Belgique et diffusée en France, à laquelle participe le militant pacifiste belge Jean Van Lierde, réédite le manifeste3.

    Les réactions sont d'autant plus vives que le manifeste est publié sciemment alors que se déroule le procès des porteurs de valises du Réseau Jeanson. La défense veut alors faire citer à la barre tous les signataires. Après un premier refus, le Tribunal accepte la comparution de vingt d'entre eux4. Quelques jours plus tard, le conseil des ministres réagit en modifiant par ordonnance certains articles du code de procédure pénale et du code de justice militaire et empêche ainsi notamment l'audition de témoins non cités avant les procès5. Le gouvernement publie plusieurs ordonnances qui aggravent les peines frappant la provocation à linsoumission, à la désertion et au renvoi de livret militaire, le recel dinsoumis et les entraves aux départs des soldats. Les fonctionnaires apologistes de linsoumission et de la désertion seront plus sévèrement réprimés6,7. Le général de Gaulle, sévère pour « les serviteurs de l'État », insiste pour que les intellectuels bénéficient dune plus large liberté de pensée et d'expression. Vingt-neuf personnes sont inculpées pour incitation de militaires à la désobéissance et provocation à l'insoumission et à la désertion8,9,10,11. Jean-Paul Sartre et dautres signataires réclament vainement leur propre inculpation10. La revue Les temps modernes est saisie. Elle contenait la liste des signataires du manifeste et d'autres articles sur la guerre d'Algérie12. Le journaliste Robert Barrat est incarcéré pendant 16 jours13. « Robert Barrat, écroué à Fresnes ! Cette geôle va-t-elle recevoir, comme il y a seize ans, les meilleurs et les plus purs ? », écrit François Mauriac dans son bloc-notes de L'Express14. Finalement, les inculpations tournent court. Après le cessez-le-feu, le comité central du Parti communiste français dénonce « la nocivité des attitudes gauchistes de certains groupements » qui « se sont refusés à tout travail de masse au sein du contingent et ont préconisé l'insoumission et la désertion59. » Les Jeunesses socialistes de la SFIO n'approuvent par l'insoumission mais déclarent la respecter et s'élèvent contre les sanctions prises à l'encontre de l'appel des « 121 ». Elles condamnent en outre avec une égale fermeté la torture et l'aide au Front de libération nationale63. Dans une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, Françoise Sagan, signataire du manifeste, affirme qu'elle « ne donnerait jamais à un militaire le conseil de déserter », mais qu'il convient de reconnaître à chaque soldat le droit de le faire « s'il a horreur de la guerre » et la force de supporter « qu'on le traite en lâche et en déserteur68. » En représailles, l'OAS plastique son domicile le 23 août 1961, mais l'explosion ne fait que des dégâts matériels69.

    Jean-Louis Bory, Pierre Vidal-Naquet15 et dautres professeurs sont suspendus de leurs postes16,17,18. Par arrêté signé de Pierre Messmer, ministre des armées, le professeur Laurent Schwartz est révoqué de lÉcole polytechnique19,a.

    Les artistes sont évincés des théâtres subventionnés20 et sont privés des avances sur recette cinématographiques21. À l'Office de radiodiffusion-télévision française les signataires se voient interdire toute collaboration au sein d'un comité de réalisation, tout rôle, interview, citation d'auteur ou compte rendu d'ouvrage22. En conséquence, de nombreuses émissions déjà enregistrées ou en projet sont annulées23,24. En protestation, lémission de radio Le Masque et la plume est sabordée par l'un des animateurs, Jérôme Peignot25, et est suspendue pour six mois. Frédéric Rossif et François Chalais font de même pour l'émission Cinépanorama26. François Chalais commente : « Il nous devient impossible de rendre compte de l'ensemble de l'actualité cinématographique. Si Marilyn Monroe vient à Paris, je ne pourrai même pas la présenter aux téléspectateurs car elle me parlera de son prochain film tiré d'une œuvre de Sartre27. » Le ministre de l'Information décide alors que François Chalais doit cesser tous rapports avec la R.T.F.28 La solidarité des réalisateurs et producteurs obtient la levée de l'interdiction29. Jean-Jacques Servan-Schreiber est le cofondateur du magazine L'Express. Il y a défendu des positions anticolonialistes et dénoncé la torture en Algérie ce qui lui a valu des censures et des saisies. Deux ministres accusent son livre témoignage Lieutenant en Algérie46 de démoraliser l'armée et de trahison47. Jean-Jacques Servan-Schreiber, dans une Lettre dun non-déserteur, dénonce « les maîtres à penser de la gauche qui incitent leurs disciples à sengager dans la voie de la désertion et de laide au FLN Ceux qui enverront des garçons dans les cachots de la justice militaire pour déserter auront sans doute droit à nos yeux à moins dindulgence encore que les usurpateurs du pouvoir. Jai été clair, je lespère48. »

    La Ligue des droits de l'Homme a toujours, dans le passé, condamné l'insoumission. Elle a aussi toujours réclamé un statut pour les objecteurs de conscience. En octobre 1960, Thorez fait la même citation de Lénine50 dont lusage est contesté par un groupe de militants du PCF dans le premier numéro de Vérités anticolonialistes51 en janvier 1961 : A propos du Manifeste des 121, dans L'Humanité du 30 septembre 196054, le Bureau politique du Parti communiste français « tout en ayant ses propres conceptions sur les formes de lutte les plus efficaces, à savoir la lutte des masses, ne saurait admettre que la répression s'abatte sur aucun partisan de la paix en Algérie... ». Juste après le verdict du procès du Réseau Jeanson, Jean-Pierre Vigier, membre du comité central du PCF, publie dans L'Humanité du 3 octobre 1960 et contre l'avis de plusieurs dirigeants communistes, un article, unique en son genre, intitulé « Soutenir les condamnés, défendre les 12155 » : Y a-t-il un droit à l'insoumission ? Non. Pierre Gaudez, président de l'Union nationale des étudiants de France déclare à propos de l'insoumission : Au cours de sa déclaration du 13 septembre 2018 sur la mort de Maurice Audin, Emmanuel Macron a dit : « Il en va aussi de lhonneur de tous les Français qui, civils ou militaires, ont désapprouvé la torture, ne sy sont pas livrés ou sy sont soustraits, et qui, aujourdhui comme hier, refusent dêtre assimilés à ceux qui lont instituée et pratiquée. »

    Six mille personnes manifestent à Paris, le 1er octobre1960, à l'appel de six associations danciens combattants « en réponse à l'appel à l'insoumission et à la trahison »43,44,13,45.

    Depuis le début du conflit en Algérie, le Parti communiste français soutient que la participation de ses militants au contingent de cette guerre coloniale est un gage de fonctionnement plus démocratique de larmée. En septembre 1960, L'Humanité49 cite Maurice Thorez, secrétaire général du parti, qui, le 31 mai 1959, rappelait les principes définis par Lénine :

    Le Parti socialiste unifié n'approuve pas l'insoumission individuelle mais soutient le refus de participer aux opérations de répression60. Son Conseil politique national affirme, en octobre 1960, « C'est parmi le peuple français, au sein de l'armée et non ailleurs, que se mène le combat61. » Après la guerre, Laurent Schwartz déplore que la loi d'amnistie ait notamment « oublié » les insoumis et les déserteurs toujours emprisonnés ou exilés :

    Une charge de plastic explose le 12 octobre 1961 au domicile du trésorier du magazine Vérité-Liberté qui a publié le manifeste71.

  7. 121 (nombre) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/121_(nombre)

    ... un) est l'entier naturel qui suit 120 et qui précède 122. En mathématiques Cent-vingt-et-un est : la somme de trois nombres premiers consécutifs (37 + 41 + 43) ; un nombre étoilé et octogonal centré ; le seul carré connu de la forme 1 + ...

  8. Volvo Amazon — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Volvo_Amazon
    • Production
    • Commentaires
    • Variantes
    • Technique
    • Les origines
    • Évolution
    • Compétition
    • Sport

    Les dernières Amazon sortirent de la chaîne en 1970. Au total, 667 323 exemplaires auront été construits. Elles seront remplacées par les Volvo série 140.

    Cette voiture, appelée Amazon pour les marchés scandinaves, dut être rebaptisée au fur et à mesure de sa pénétration dautres marchés. En effet, le nom « Amazon » avait été déposé par la firme allemande Kreidler.

    Pour la série 120  nom de code de cette voiture  le modèle de base, la 121, est équipé dun moteur de 66 ch. La 122 (S) est quant à elle, introduite en 1958 comme un modèle plus sportif avec son moteur de 85 ch. La 123 (GT) est dévoilée en 1967 comme la version la plus élaborée avec son moteur de 115 ch. Elle sera disponible en trois carrosseries différentes: coach deux portes, berline quatre portes et break cinq portes. Fin 1966, la 123GT, équipé du même moteur (B18B) que la 1800 S (S pour sport) et de la boite M41 équipée d'un overdrive, fait également son apparition. Par ailleurs, ce modèle reçoit plusieurs équipements pour traduire son esprit grand tourisme (phares additionnels fixés sur le pare-chocs, compte-tours, volant, etc.) et dun alternateur pour favoriser la charge de la batterie. Cette préparation5 était proposée en trois alternatives qui permettaient au moteur B20 d'atteindre de 140 ch, 170 ch ou plus de 180 ch dans sa version ultime pour un couple allant jusqu'à 20 m.kg à 4700 tr/min. Elle consistait en :

    Initialement, la voiture est équipée du moteur B16 (1 600 cm3), déjà utilisé sur la série précédente, la PV 444, associé à une boîte à 3 rapports (H6). La version suivante, présenté en 1958, la 122S, est équipée du moteur B18 (1 800 cm3), qui proposait 4 options de boîte de vitesses : une première à trois rapports (M30), une deuxième à 4 rapports (M40), une troisième à quatre rapports avec overdrive électrique (M41) et enfin une boîte automatique « Borg-Warner » à trois rapports (BW35).

    En 1958, la Volvo Amazon commence à être équipée de ceintures de sécurité trois points, et devient sans doute la première voiture de série à en intégrer.

    En 1969, le moteur B18 est retravaillé et appelé B20. Dune cylindrée de 1 986 cm3, il s'agit en réalité du même bloc dont l'alésage a été augmenté. Il est décliné en B20A (un seul carburateur de type SU ou Zenith-Stromberg) et en B20B (2 carburateurs SU).

    Pour assurer la promotion de la marque et du modèle, lAmazon, comme la PV 444 et la PV 544, est engagée dans de multiples rallyes automobiles. On la verra dabord en Scandinavie au Midnattssolsrallyt, le Rallye du Soleil de Minuit, au Rallye de Suède puis au Rallye du RAC en Angleterre, en Belgique, au Rallye Monte-Carlo1, en Grèce au Rallye de lAcropole, à l'East African Safary au Kenya et en France au Rallye du Mont-Blanc2, Rallye du Forez et bien dautres. En 1966 à la suite d'un accident qui entraîna la mort de deux mécaniciens, Volvo décida de ne plus s'engager officiellement dans ces épreuves. Volvo se contenta d'apporter son concours a des pilotes indépendants.

    Un millier d'Amazon ont été « préparées » pour participer à des courses automobiles, principalement des rallyes. Environ 800 l'ont été par l'usine de Göteborg.

  9. Renault 12 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Renault_12
    • Caractéristiques
    • Variantes
    • Évolution
    • Fabrication

    La Renault 12 est une automobile de catégorie 7 CV, à traction avant, dotée d'un moteur 4 cylindres en ligne en porte-à-faux avant et d'un essieu arrière rigide. Les concurrentes françaises de la R 12 sont les Citroën GS, Peugeot 304 et Simca 1100. En 1973, la Renault 12 est la voiture la plus vendue en France (elle succède à la Simca 1100)1. La voiture moyenne de la Régie Renault a été surtout produite en France à l'usine de Flins. Les coupés Renault 15 et 17 sont des dérivés. La Renault 12 fut désignée ainsi parce qu'elle était équipée d'un « moteur Cléon-Fonte » de 1 289 cm3.

    En juillet 1972, une version à la présentation sportive nommée TS apparaît. Elle utilise le « moteur Cléon-Fonte » de 1 289 cm3 60 ch DIN à carburateur double corps de la Renault 15 TL, ce qui permet d'atteindre la vitesse maximale de 150 km/h. Elle est équipée de freins assistés. Esthétiquement, la R 12 TS, qui s'inspire des R 12 vendues aux États-Unis et des R 12 S fabriquées en Espagne, est immédiatement reconnaissable par ses roues de style type Gordini, par sa baguette latérale chromée sur l'arête des flancs et ses deux projecteurs à iode longue portée supplémentaires (ils seront, dès l'année suivante, intégrés aux optiques principales de type « Kangourou »). L'intérieur se caractérise par des sièges « Intégral » avec appuis-tête ajourés incorporés, un compte-tours, un indicateur de température de liquide de refroidissement (circuit scellé) et une console centrale. Sur les autres versions, le frein à main prend place au plancher entre les sièges avant. Du coup, la banquette avant de la version L est remplacée par des sièges séparés et l'accoudoir central avant de la version TL est supprimé. À l'extérieur, les feux arrière perdent leur encadrement et les clignotants avant passent de l'orange au blanc.

    Pour 1974, la gamme se complète d'un break TS et d'une berline TR Automatic à boîte de vitesses automatique à pilotage électronique5. La Renault 12 TR Automatic marie l'aspect extérieur de la TL (avec une baguette latérale chromée supplémentaire) et les sièges intégraux de la TS. Toutes les 12 « 74 » affichent le losange Vasarely à l'avant et un sigle en plastique noir à l'arrière. Le tarif 1975 s'allège de la 12 Gordini, l'appellation sera immédiatement récupérée par la 17 TS. Les breaks L et TL se nomment respectivement pendant une courte année breaks LN et TN, ce dernier, qui se distingue par sa baguette latérale chromée, aligne sa présentation sur le nouveau break TR Automatic. Enfin, la berline L remplace ses enjoliveurs de roue par des écrous chromés. À partir de l'automne 1975, la Renault 12 est restylée : nouvelle calandre bordée de gris, pare-chocs plus hauts avec feux et butoirs (sauf L) incorporés à l'avant, blocs optiques arrière agrandis avec feux de recul (TS), freins assistés sur tous les modèles (sauf berline L), planche de bord redessinée (sauf L) avec un combiné agrandi, extracteurs d'air latéraux horizontaux noir mat, nouvelles jantes à crevés rectangulaires (sauf L) et suppression des enjoliveurs de roue chromés. La L, qui voit sa puissance descendre à 50 ch, roule à l'essence ordinaire. Pour 1978, la gamme se compose ainsi : 12 (le L disparait6), 12 break, 12 TL, 12 break TL, 12 Automatic, 12 break Automatic, 12 TS et 12 break TS. À partir de juillet 1978, à la suite du lancement de la Renault 18, seuls la berline TL et les breaks continuent (dont un break TS avec roues de style Gordini). Les ceintures de sécurité arrière obligatoires s'ajoutent et les feux avant deviennent bicolores. Pour 1980, la berline TL et le break TL se maintiendront une dernière fois au catalogue.

    Dans les années 1970, la 12 est la voiture française la plus fabriquée à l'étranger, dans les pays suivants :

  10. Téra — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Téra

    Étymologie Confirmé en 1960, il provient du grec τέρας, monstre [1]. Selon les domaines En informatique, il ne faut pas confondre le tébioctet Tio (en anglais TiB, pour tebibyte) et le téraoctet To (en anglais TB, pour terabyte), car le premier ...

    • 去加油站工作~可以戴口罩嗎?有用嗎?

      ...戴口罩,那只是治標的方式,為什麼不直接 治本 < 換工作 >,這樣什麼問題都沒有了。 2008-09-19 12:14:49 補充: 如果公 ...

    • 新流感要哪種口罩

      ...小時,在硬質表面物上能存活72小時)(清潔消毒可用一般市售漂白水稀釋次氯酸鈉0.05%(500ppm)濃度擦拭,公共場所宜用1%以上濃度擦拭 ...

    • why & 1/2童裝在中和的特賣會....

      ...台北縣中和市連城路 222 巷 2 弄 3 號 4 樓 電話 : 02- 82265858 之前問是會在12月~1月吧!近一點再問~ 記得不要帶小孩去,空氣很 ...

  1. 12/1戴口罩 相關
    廣告